“Quand tu veux aller plus vite que les autres”

Newsletter envoyée le 22.05.2019

 
*|MC:SUBJECT|*
Aujourd'hui, pas de chance si vous avez un Huawei, dites au revoir aux distributeurs de billets, mais avant ça...
trottinette-gif
Amenée avec   -- Dites adieu au mauvais management  

 

Après 18 mois de frénésie, la guerre des trottinettes ne fait que commencer


Une nouvelle étude du BCG pointe du doigt le fonctionnement à perte du e-scooter business. Ok, soit. Mais pendant ce temps-là, l'adoption continue et les acteurs se multiplient. 


 Pourquoi c'est important

Les startups sont en train de bâtir leur business model. Et évidemment, le rôle des villes dans l'adoption (ou pas) des trottinettes est de plus en plus décisif. 


Ça c'est du product/market fit !

À Paris, on trouve 12 acteurs, dont deux petits nouveaux, Usain Bolt et Uber. 

On comprend la frénésie : 35 % des trajets urbains sont inférieurs à 2km. Cette solution de micro-mobilité a donc tout de suite été adoptée. Au bout de 3 mois, Lime revendiquait 1 million de trajets à Paris. 

Évidemment, ça a attiré les investisseurs (+$1 milliards investis dans Bird et Lime, les deux plus gros acteurs) qui veulent prendre part à un marché de $50 milliards d'ici 2050.


Ok, et où en est le business ?

Il faut 115 jours pour amortir l'achat d'une trottinette. Or sa durée de vie moyenne est de 90 jours. Du coup, il y a trois gros défis :

1/ Améliorer la robustesse et l'autonomie en fabriquant les trottinettes en interne (comme le modèle "Bird Zero" ou celles d'Uber, étudiées pour résister au vandalisme). La quasi-totalité des acteurs utilise pour le moment des Xiaomi, facilement piratables

2/ Améliorer le software qui gère la durée de vie des batteries, un élément qui crée une barrière à l'entrée. 

3/ Optimiser la logistique, qui représente 50 % des charges d'exploitation. Elle est entre les mains des juicers, des auto-entrepreneurs qui rechargent et replacent les trottinettes dans les rues pour 5/10€ par trottinette, sauf pour Uber qui s'en occupe lui-même. 


Et qu'en pense Anne Hidalgo... ?

La régulation est inévitable pour éviter l'encombrement urbain. À San Francisco, seuls Skip et Scoot possèdent la licence d’exploitation et leur flotte est limitée à 625 trottinettes. 

En Europe, le développement est plus anarchique. Paris compte 15 000 trottinettes et les projections parlent de... 40 000 (une taxe sur les flottes est d'ailleurs à l'étude). 

Au fond, la question est la suivante : quelle ville voulons-nous pour demain ? Car si les trottinettes sont une bonne nouvelle pour la décongestion et la planète, il reste encore de sacrés défis (construction de parkings, code la route) pour éviter qu'elles ne soient une nuisance. 



'Need a ride?'

 

FB | TWTTR | LKDIN | MAIL
 



par... 


Et si vous saviez ce que votre équipe pense vraiment ? 


Les non-dits rendent parfois le job de manager... compliqué. Avec son outil qui récolte les VRAIES données des équipes, Jubiwee a décidé d'aider les managers et RH à ne plus être livré qu'à leur instinct.


Le temps où on pointait est révolu

Pendant longtemps, le manager regardait par dessus l'épaule des collaborateurs. Manager, c'était contrôler.

Aujourd'hui, le manager devient leader : il a pour mission de créer les conditions pour que la collaboration soit la plus riche possible.


Et c'est là où Jubiwee entre en scène

Jubiwee fournit aux managers et RH une plateforme ultra-simple pour récolter du feedback de leurs équipes et les aider à prendre de meilleures décisions.

Concrètement : les employés donnent anonymement et régulièrement leur ressenti via Slack, SMS ou email sur l'ambiance de l'équipe, leur job… en 30s et le manager les collecte.  

Jubiwee formule ensuite des recommandations, et les managers partagent avec leurs équipes les actions concrètes mises en place (rien de tel qu'un bravo envoyé chaque semaine).

Bonus : avec son cruncher en accès libre, Jubiwee évalue ce que votre entreprise gagnerait en mesurant l'engagement des employés. Les résultats valent le coup. 

Entrez simplement le nom de votre entreprise, vous verrez



 

Google suspend toute relation commerciale avec Huawei... et ça pourrait lui coûter cher


Il y a une semaine, Huawei était placée sur liste noire par la Maison Blanche, empêchant toute entreprise américaine de commercer avec elle. Google a commencé à appliquer le décret présidentiel.
 

Les États-Unis resserrent l'étau

Niveau software : la décision contraint Huawei à utiliser la version open source d'Android sans accès aux services comme Google Play, Youtube ou Gmail selon les modèles. 

Niveau hardware : les fabricants américains comme Intel, Qualcomm ou Broadcom ont dû arrêter de lui fournir des composants (notamment des puces) essentiels à la fabrication des smartphones.


Sauf qu'Huawei n'a pas dit son dernier mot

Le constructeur chinois avait plus ou moins anticipé : il a développé son propre OS HongMengqui pourrait remplacer Android, et même son Play Store. 

Il utilise aussi ses propres processeurs (Kirin) qui sont jugés plus puissants que les Qualcomm. Google, lui, comptait beaucoup sur Huawei (dont les ventes ont augmenté de 50 % en 2018, deuxième fabricant de smartphone au monde) pour booster l'adoption de ses services Android.
 

 The takeway

Bienvenue dans la Tech Cold War. D'un côté, l'action Google a perdu 2.5 % et celle de Qualcomm 6 %. De l'autre, Huawei implore l'Europe de ne pas suivre les décisions américaines. Car si le Vieux Continent semble être le champ de bataille de cette guerre, elle reste l'un des marché les plus lucratifs pour les géants. 
 

FB | TWTTR | LKDIN | MAIL
 




Pour la première fois, le nombre de distributeurs de billets est en baisse autour du monde


3,24 millions de guichets automatiques ont été recensés dans le monde en 2018, soit 1% de moins qu'en 2017. Une première depuis son apparition en 1967. 


Et dire qu'on pensait que c'était le futur de la banque...

Au sortir de la crise de 2007, l'ancien directeur de la Réserve fédérale américaine Paul Volcker déclarait que le distributeur était la plus grande innovation financière, une prouesse technologique simple d'utilisation.

Et pourtant... leur nombre décroît dans quatre des cinq plus gros marchés - Chine, USA, Japon, Brésil -, et les installations dans des pays comme l'Inde ralentissent. 


Apple Pay, ça reste élitiste

Cette baisse est bien sûr due à l'utilisation croissante des moyens paiements digitaux (= $13 billions de transactions en Chine l'année dernière), et à la stratégie de digitalisation des banques qui va accroître leurs profits sur le long terme. 

Mais les distributeurs restent essentiels pour l'inclusion financière. En 2016, le gouvernement indien a décidé de multiplier les ATMs dans les zones rurales pour permettre aux habitants d'ouvrir des comptes bancaires, même si les banques essayent maintenant de les faire basculer sur le mobile. 


 The takeway

Les temps sont durs pour le cash. Des pays comme la Suède essayent de le faire complètement disparaître, notamment avec sa monnaie numérique, la e-krona. Seulement, il y a de la résistance : à Philadelphie, la loi oblige les magasins à accepter les espèces, et 30% du business aux US est encore fait avec du cash. 
 

FB | TWTTR | LKDIN | MAIL
 


  NOW PLAYING... Sunspear - O'Flynn (2019) |  Ça sent l'été ! Et merci à tous ceux qui nous ont partagé leurs sources sur les trottinettes  



VOUS AVEZ AIMÉ ?

         

FORWARDEZ-NOUS !
INVITER DES AMIS PAR EMAIL
INSCRIPTION       ARCHIVES      MANIFESTO
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|* *|END:IF|*

Modifier ses préférences ou Se désinscrire