LA RÉVOLTE DU PUBLIC : INTERNET OU LA COLÈRE PERMANENTE

*|MC:SUBJECT|*
L'une des constantes de l'expression du public depuis l'apparition d'Internet, c'est la colère. Et ces temps-ci, elle semble prendre de l'ampleur. 
18.03.2019
Planet Enlighters
FORWARDEZ-NOUS !
LA RÉVOLTE DU PUBLIC : INTERNET OU LA COLÈRE PERMANENTE
Nicolas Colin

Tous les pays du monde sont aujourd’hui confrontés à une montée de la colère.

Peut-être que cette colère a toujours existé. Le problème, c’est qu’elle est désormais exprimée sur Internet par des individus connectés les uns aux autres. Elle débouche donc de plus en plus sur des crises politiques majeures, comme la décision de la Grande-Bretagne de sortir de l’UE, l’élection de Donald Trump ou encore celle de Jair Bolsonaro au Brésil.

Un livre nous aide à mieux comprendre pourquoi les individus sont à ce point en colère – et pourquoi cette colère a des conséquences dévastatrices pour la démocratie.

Son auteur : Martin Gurri, un ancien agent de la CIA. Sa spécialité ? L’exploitation des “informations publiquement accessibles” – c’est-à-dire l’analyse minutieuse de ce qui se dit dans les médias. Et il y a quelques années, il a quitté la CIA pour se mettre à son compte, offrant son expertise à des entreprises privées ainsi que sur son blog The Fifth Wave.

Autour de 2011, année du “Printemps arabe”, Gurri a observé une rupture brutale dans le rapport du grand public à l’information. Dans le monde entier, des informations émanant d’individus sans affiliation ou d’organisations émergentes ont commencé à prendre l’ascendant sur celles issues de sources plus institutionnelles. Les idées se sont mises à être diffusées en réseau plutôt que d’être imposées par le haut.

Résultat : les autorités autrefois les plus respectées, comme les pouvoirs publics, les grands organes de presse, les universités et les think tanks, ont été peu à peu marginalisées.

Cette rupture a tellement frappé Gurri qu’il en a tiré son livre, The Revolt of the Public and the Crisis of Authority in the New Millennium. La première édition, confidentielle, date de 2014, mais l’ouvrage vient tout juste d’être réédité par Stripe Press, filiale de l’entreprise numérique Stripe.

Analyste de l’information, Martin Gurri offre dans The Revolt of the Public une grille de lecture saisissante de la transition numérique :

# Internet a déchaîné la production et la circulation des informations. N’importe qui peut aujourd’hui exprimer une opinion en ligne. Et, dans certains cas, cette opinion peut être diffusée de façon virale à très grande échelle. 

# Il peut paraître surprenant qu’un simple changement de régime dans la production et la distribution de l’information explique, à lui seul, les bouleversements économiques et politiques de notre temps. D’accord, n’importe qui peut proclamer ce qu’il pense sur Internet. Et alors ?

# En réalité, le diagnostic de Martin Gurri est à la fois éclairant et terrifiant. D’une part, il souligne la perte d’autorité des élites politiques, économiques et intellectuelles vis-à-vis de la multitude des individus connectés les uns aux autres. 
 

# Surtout, il observe que cette multitude se caractérise de plus en plus par un trait dominant : la colère. Nombreux sont les individus qui souffrent et perdent leurs repères dans notre monde en transition. Frustrés par cette incapacité des gouvernements et des élites à résoudre leurs problèmes, les individus cherchent des boucs émissaires : les banques, l’Union européenne, les immigrés... Et parce qu’ils peuvent désormais se connecter les uns aux autres, ils partagent leur colère avec leurs pairs sur les réseaux sociaux.

Contenir la colère des individus et maîtriser ses conséquences : voilà le principal défi auquel sont confrontées les organisations. Le problème, c’est que toutes les organisations ne parviennent pas à gérer cette situation radicalement nouvelle :

# Dans le monde de l’entreprise, la colère des individus est canalisée. Le plus souvent, elle prend la forme, moins effrayante, d’une plus grande exigence de la part des consommateurs.

Bien sûr, il y a des effets négatifs à cette tendance. En particulier, la pression accrue exercée sur les travailleurs par des entreprises numériques comme Amazon ou Uber, dont le mot d’ordre semble être “toujours plus vite, toujours moins cher, toujours de meilleure qualité”. Mais ces mêmes entreprises numériques, précisément parce qu’elles utilisent bien le numérique, parviennent, bon an mal an, à encaisser le choc et à mieux servir cette multitude de “consommateurs en colère”.

# Dans le champ politique, en revanche, la situation est plus problématique. Les médias traditionnels perdent peu à peu leur audience. Les individus n’ont plus guère de respect pour l’expertise et l’autorité.

De plus en plus, ils vont s’informer de préférence auprès de ceux dont les propos et les idées font écho à leur colère. Ce faisant, ils s’exposent à l’influence des opportunistes et des extrémistes de toutes sortes. Il n’est donc pas étonnant que les dirigeants politiques soient partout submergés par une vague de rejet. 

Ce livre était prémonitoire : The Revolt of the Public est paru deux ans avant le référendum sur le Brexit et l’élection de Donald Trump. C'est ce qui a motivé sa réédition par Stripe Press et explique son succès aujourd’hui : toute la Silicon Valley en parle, et de plus en plus de gens s’y intéressent dans le monde entier. Petit à petit, les uns et les autres prennent conscience de cette rupture fondamentale qu’a provoquée la démocratisation de l’information.

Il faut maintenant apprendre à renouer une relation de confiance avec la multitude des individus connectés en réseau dans un monde où l’information est littéralement déchaînée. Toutes les organisations doivent se repenser et se redéployer pour apprendre à interagir en réseau plutôt que par le haut. C’est vrai pour les entreprises traditionnelles et c’est vrai pour l’Etat.

POINT FINAL
Et surtout, pour apaiser la colère, il faut, d’une manière ou d’une autre, imaginer les nouvelles institutions qui rendront enfin l’économie numérique plus inclusive et plus soutenable. Car si nous n’y arrivons pas, avons-nous un espoir de nous en sortir ?


 MA SÉLECTION... Bombtrack - Rage Against the Machine (1991) | See you ! Bon début de semaine 

VOUS AVEZ AIMÉ ? 

         
Share
Tweet (@planet_nl)
Share
LIEN À PARTAGER
MISSION       INSCRIPTION       ARCHIVES
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|* *|END:IF|*

Modifier ses préférences ou Se désinscrire