LE JOURNALISME A-T-IL UN AVENIR ?

*|MC:SUBJECT|*
02.07.2018
LE JOURNALISME A-T-IL UN AVENIR ? 
Twitter     |     Newsletter

En 2014, le monde des médias a été emporté par un bref élan d’enthousiasme. Les entreprises du secteur cherchaient en vain depuis 15 ans à découvrir un modèle d’affaires soutenable. Mais une nouvelle génération d’entrepreneurs semblait enfin proche du but.

2014 c’est l’année du tweetstorm de Marc Andreessen sur le bel avenir du news business et du fameux mémo stratégique de Jonah Peretti, fondateur de BuzzFeed : “Is History Repeating Itself?”. C’est aussi l’année où Vox Media, pure player géant, lève 46,5 millions de dollars pour accélérer sa croissance.

HIGHLIGHT #1 
Quatre ans plus tard, l’enthousiasme est bien retombé. Les médias et Internet, c’est devenu une vieille histoire, qui ressemble de plus en plus à une longue descente aux enfers :

# Le secteur continue de rétrécir. Les efforts pour convaincre les utilisateurs de s’abonner sont souvent vains. Les revenus publicitaires continuent d’être captés par Google et Facebook, comme le montre le célèbre graphique ci-dessous. La télévision est la prochaine sur la liste

# Les conditions de travail des journalistes sont de plus en plus précaires. Les témoignages abondent sur les difficultés à joindre les deux bouts. Les annonces de licenciements se multiplient. D’ailleurs, BuzzFeed a annoncé qu'elle fermait son activité en France.

# Surtout, les médias sur Internet sont pointés du doigt, accusés d’attiser la polarisation du débat politique, d’enfermer les gens dans les fameuses filter bubbles et de promouvoir les fake news. L’audience ne grandit plus qu’à force de sensationnalisme, d’exagération, voire d’outrance.

HIGHLIGHT #2 
Alors, pourquoi les grands médias de masse, à la ligne éditoriale consensuelle, laissent-ils de plus en plus la place aux dérives des Breitbart, Fox News et autres Sputnik et Russia Today? Ce n’est pas seulement la société qui change. C’est aussi l’économie des médias qui contribue à cette fragmentation :

# Le XXe siècle était dominé par la production de masse. La filière des médias s’est elle aussi convertie à ce paradigme. La télévision, la radio et la presse écrite se sont massifiées. Tous ces secteurs se sont concentrés autour d’un oligopole de quelques acteurs dominants.

La massification des médias s’explique par le coût élevé de la distribution. Être un média au XXe siècle, ça voulait dire acheter ou louer des fréquences hertziennes ou immobiliser une énorme infrastructure logistique pour l’impression et la distribution de journaux et magazines.

Pour couvrir ce coût fixe élevé de la distribution, il fallait avoir une audience massive. Et comment fait-on ça 🤔 ? En étant le plus consensuel possible, bien sûr ! Pas de place pour l’outrance et la polarisation quand l’objectif est d’être regardé, écouté ou lu par la masse.

HIGHLIGHT #3 
On comprend ainsi mieux pourquoi Internet a redistribué les cartes :

# Internet, c’est d’abord l’effondrement du coût de la distribution. Puisque les contenus peuvent être répliqués et distribués à coût quasi-nul, les actifs de distribution du passé sont devenus un boulet : ils coûtent cher à immobiliser et ils ne protègent plus contre les nouveaux entrants.

L’accès à l’information est lui aussi banalisé. Grâce à Twitter et Facebook, qui a accès à une information peut la publier sur Internet, avec une rapidité et une authenticité infiniment supérieures à celle des salles de rédaction.

La principale conséquence, c’est l’abaissement des barrières à l’entrée. Désormais, n’importe qui peut concurrencer les médias traditionnels : des individus, des entreprises dont le contenu n’est pas le coeur de métier, et bien sûr toutes sortes de startups média, comme Planet .

Et puisque la distribution est banalisée, la valeur se déplace vers d’autres points de la chaîne : en amont, la production de contenus de qualité et inspirants ; en aval, la relation directe et privilégiée avec les consommateurs de contenus.

BOTTOM LINE 
Le journalisme a-t-il un avenir dans le nouveau monde ?

Le nouveau paysage ressemble beaucoup à ce qui existait au XIXe siècle, avant l’avènement des médias de masse. Nous sommes dans une économie du pamphlet plus que de l’information. La victoire va à ceux dont l’expression déchaîne les passions, pas à ceux qui s’en tiennent aux faits.

La reconversion des journalistes est forcément difficile. Difficile d’être subjectif et inspirant quand on a été formé à être objectif et consensuel. Et difficile de nouer une relation directe avec la multitude quand on a été habitué à une approche top-down de l’information !

D'ailleurs, les entreprises de médias du futur sont déjà en train d’émerger. Elles ont en général trois points en commun :

Une innovation radicale autour des formats, pour tirer le meilleur parti d’Internet et de la diffusion sur de multiples canaux, à commencer par les réseaux sociaux. YouTube, Facebook, Medium, Instagram sont les nouvelles plateformes de distribution ;

Une relation directe et privilégiée avec une communauté engagée, à l’exemple de ce qu’on réussi Nate Silver de FiveThirtyEight, John Oliver de Last Week Tonight ou le journal néerlandais De Correspondent (ou, encore une fois, Breitbart News) ;

Une ligne éditoriale subjective, clivante et sans concession. Le journalisme consensuel et “objectif” du XXe siècle était le produit d’une nécessité : le coût élevé de la distribution. Il est aujourd’hui devenu ennuyeux et pas rentable. Désormais, il faut prendre parti et être radical !

POINT FINAL
La vraie question, au fond, est la suivante : la démocratie peut-elle survivre au retour de l’économie du pamphlet quand celle-ci est augmentée par la puissance de l’informatique et des réseaux ? Il faudra bien plus qu’une loi sur les fake news pour y répondre…


--- On espère que ce premier Planet Enlighters vous a plu ! Donnez-nous votre avis en cliquant sur les petits emojis juste dessous  Si vous voulez réagir, vous pouvez contacter Nicolas Colin directement par email 🖖

La sélection de Nicolas Colin : 

Video Killed the Radio Star - The Buggles (1979)
CET EMAIL VOUS A PLU ? 

         
FORWARDEZ-LE À VOS AMI.E.S ! 
OU PARTAGEZ SUR LES RÉSEAUX :
Tweet
Share
Share
L'histoire se répète
VENEZ DÉBATTRE DANS NOTRE GROUPE PRIVÉ
INSCRIPTION       ARCHIVES 
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|*

Modifier ses préférences ou Se désinscrire