5G : LA GUERRE DES ÉTOILES SE PRÉPARE

Une bataille de l'espace pour faire débuter l'ère de l'ultra connectivité. 

On commence à en entendre beaucoup parler, notamment depuis les JO d'hiver en Corée du Sud : la 5G va faire son apparition dans quelques années et revêt de grandes promesses. Mais comment la mettre en place techniquement et qui est derrière le business des ondes ?

En coulisses, les acteurs des télécommunications par satellites se préparent. En milieu de semaine dernière, le français Eutelsat a annoncé qu'il joignait ses forces à ses concurrents Intelsat et SES pour libérer du spectre de fréquences pour le déploiement futur de la 5G aux US. 

Cela fait suite à une proposition de la FCC, le gendarme des télécommunications américain : elle réclamait une plus grande allocation des ondes aux objets connectés, de plus en plus nombreux .

POURQUOI C'EST IMPORTANT : 
Parce que le nombre d'objets connectés va exploser dans les prochaines années et qu'il faut déployer l'infrastructure réseau adéquate. Et parce que les acteurs des télécommunications satellites se positionnent pour faire face à de nouveaux concurrents sur ce marché naissant.


DES MILLIARDS ET DES MILLIARDS
La tendance est claire : avec les progrès en connectivité, les objets connectés vont être de plus en plus nombreux. Commençons par un graphique : 

   Projections du nombre d'objets connectés dans le monde

Projections du nombre d'objets connectés dans le monde

Pour tirer pleinement parti de cette connectivité, la 5G semble s'imposer comme "la colonne vertébrale d'une société et une économie numérisée" selon l'Arcep, le gendarme des télécommunications français. 

De nombreux domaines seront en effet demandeurs d'une connectivité bien supérieure à ce qui existe aujourd'hui : 

#1 L'automobile : plus on se dirige vers l'usage de voitures autonomes et connectées, plus il faudra d'ultra-connectivité : échanges de données en temps réel entre véhicules (V2V, Vehicle to Vehicle), avec les infrastructure de la villes (V2I, Vehicle to Infrastructure), nouvelles applications dans l'habitacle nécessiteront un réseau de qualité. 

#2 La santé : opérations chirurgicales à distance, robots, appareils médicaux connectés, consultations à distance... 

#3 L'industrie : l'ultra-connectivité va aussi radicalement modifier les processus de production et faire tendre vers l'industrie 4.0

#4 L'énergie : avec la capacité de traiter des volumes de données très importants, la 5G promet d'accélérer le déploiement de réseaux énergétiques intelligents, aussi appelés smart grid. 

Bien plus qu'une technologie, la 5G ancre un changement de paradigmequi nous emmène vers un réseau inédit de milliards d'objets interconnectés. 


ALORS, COMMENT ON FAIT ?
C'était tout le propos de la FCC : libérer une partie des ondes pour accélérer le déploiement de la 5G. En l'occurence, il s'agit d'optimiser la bande C pour faire de l'espace. 

Le rôle de la bande C : c'est une partie du spectre électromagnétique qui permet aux chaînes de télé et aux radios de diffuser leurs programmes à des millions de personnes aux US. 

Le problème : pour soutenir la croissance des objets connectés, les opérateurs mobiles locaux comme Verizon ou AT&T recherchent constamment de nouvelles ondes pour offrir du réseau. 

Avec leur consortium, les opérateurs satellites ont donc prévu de dédier 20% de leurs ondes aux nouveaux usages, le reste étant alloué à des clients existants comme les groupes de médias Comcast ou CBS. 


WHAT'S THE DEAL ?
Même si le consortium affirme qu'il pas pris cette décision pour répondre à l'appel de la FCC, il existe aussi une vraie opportunité business. 

Car les ondes, ça se vend : c'est une partie du business des opérateurs de télécommunications satellites comme Eutelsat ou Intelsat. Si l'on schématise, voilà où ils se situent : 

   Où se situent les opérateurs satellites ?

Où se situent les opérateurs satellites ?

Par exemple, pour la Coupe du Monde, Eutelsat a réservé l'équivalent en ondes de 5500 heures de transmission à plusieurs chaînes de télévisions et prestataires pour assurer la diffusion. L'enjeu principal pour ces opérateurs est d'étendre leur couverture géographique : en 2013, Eutelsat avait ainsi racheté la société de service satellitaire Satmex pour assoir sa stratégie de diversification géographique

En libérant de l'espace sur la bande C, le consortium comptent donc vendre ces nouvelles ondes aux opérateurs mobiles. Évidemment, les investisseurs salivent : les actions d'Intelsat et SES ont bondi depuis l'annonce du rapprochement. On parle tout de même d'une opportunité de 5 à 13 milliards de dollars à se partager entre les 3 opérateurs. 

Sauf que la concurrence commence à se faire sentir. Des startups comme OneWeb entendent déployer un réseau de mini satellites géostationnaires qui pourraient amener Internet à coût réduit. SpaceX veut lui aussi développer le même type de solution avec son projet Starlink

En tout cas, tous les acteurs satellitaires se retrouvent sur un point : le satellite sera une pièce maîtresse de la 5G. 

 


I will survive - Hermes House Band (2000)