50 millions de chansons disparues de MySpace : une preuve de la fragilité de l'archivage (et de notre liberté)

*|MC:SUBJECT|*
Si vous attendiez que vos photos compromettantes disparaissent d'Internet, c'est peut-être chose faite.
 
20.03.2019
Planet
FORWARDEZ-NOUS 
Note : vous pouvez maintenant retrouver nos archives plus facilement sur notre site. On le mettra à jour au fur et à mesure, et on classera les emails par catégories. Faites-nous vos retours et partagez-nous autour de vous 
50 MILLIONS DE CHANSONS DISPARUES DE MYSPACE : UNE PREUVE DE LA FRAGILITÉ DE L'ARCHIVAGE (ET DE NOTRE LIBERTÉ) 
MySpace Data Deleted

À cause d'une mauvaise manipulation lors de la migration de serveurs, le réseau social MySpace vient d'effacer des millions de musiques, photos et vidéos par inadvertance. 

50 millions de morceaux, 14 millions d'artistes : ce sont les pertes estimées par le site qui concernent les contenus datant d'avant 2015. 

Et pendant ce temps-là, à l'approche de la fermeture de Google+ en avril, l'ONG Internet Archive est en train d'archiver tous les posts du réseau social pour qu'ils ne soient pas perdus à jamais. 

POURQUOI C'EST IMPORTANT :
Cette suppression interroge notre capacité à archiver la masse d'informations produites à l'ère des réseaux. Mais cela souligne que si nous perdons la main sur nos données, nous ne voulons peut-être pas qu'elles soient toutes stockées.  
DES DONNÉES À CONSERVER, IL Y EN A UN PAQUET

281 milliards d'emails envoyés en 2018, 500 millions de tweets... la quantité d'informations que nous produisons chaque jour est considérable.

Au lendemain de l'attentat de ChristChurch survenu vendredi, YouTube a même enregistré qu'une vidéo était uploadée chaque seconde pendant les 24 heures suivant l'attaque. 

En un chiffre : 90% des données mondiales ont été produites seulement durant les deux dernières années, dont la quasi totalité via le numérique.  

Mais si MySpace s'est attiré les foudres de ses fans avec cette perte de données, elle a aussi permis de supprimer des contenus postés par des utilisateurs qui n'évaluaient pas les conséquences potentielles de leur mise en ligne à une époque où les réseaux sociaux débutaient. 

Car depuis sa création en 2003, MySpace a suivi à peu près la même trajectoire que Facebook (excepté le succès). Elle a proposé un outil de publicité ultra-ciblée et a souffert de gros problèmes de confidentialité. Et même si le site est aujourd'hui rempli de profil "fantômes", c'est pour toutes ces données que le groupe Time Inc s'est offert le site en 2016. 

EN FAIT, NOUS N'AVONS TECHNIQUEMENT PLUS LA MAIN SUR NOTRE MÉMOIRE 

Depuis l'apparition des réseaux, nous avons tous uploadé d'innombrables données, sans savoir qu'elles seraient ensuite placées au cœur du business des plateformes. 

De fait, l'essentiel de nos données personnelles se trouvent aujourd'hui en ligne, contrôlées par quelques acteurs, et subsistent même sur des sites mourants comme Myspace. 

Et depuis quelques années, les scandales se multiplient. Influence politique avec Cambridge Analytica, écoute des conversations par Alexa de l'Amazon Echo, leak des données de 50 millions d'utilisateurs de Google+ en décembre... L'image des géants du web ne cesse de se ternir aux yeux du public et ils  commencent à opérer des changements de stratégie pour redorer leur blason et préparer leur avenir. 

Et les réseaux mourants semblent avoir compris une chose : posséder autant de données peut aussi être une faiblesse. Google s'apprêterait à effacer toutes les données de Google+, et Flickr commence aussi à supprimer des térabytes de photos. 

IL FAUT SAVOIR CE QU'ON VEUT

Dans les prochaines années, il ne fait aucun doute que la protection des données personnelles va être au coeur des services numériques que nous utiliserons. 

Mais la question centrale est ailleurs : si l'on accepte de partager certaines de nos données, veut-on vraiment que les plateformes les conservent à vie ? 

Apparemment, MySpace avait perdu les données de ses utilisateurs il y a bien longtemps. Mais avant que cela eût été rendu public il y a quelques jours, personne ne semblait accorder de l'importance à leur disparition même si elles étaient compromettantes. Dès que la perte a été annoncée, la controverse a commencé. 

Ne pas conserver les données, c'est le postulat duquel était parti Snapchat pour créer son app de partage de photos éphémères en 2011, et qui le fait encore tenir aujourd'hui. 

Mais attention : comme la majorité de nos données sont aujourd'hui numériques, il faut penser à leur conservation sur le long terme, ne serait-ce que pour l'Histoire. 

C'est ce qui a poussé l'ingénieur américain Brewster Kahle à créer Internet Archive, une "Bibliothèque d'Alexandrie" des temps modernes. Avec sa WayBack Machine, n'importe qui peut accéder au contenu archivé en ligne. Reste encore à savoir si les archives de cet américain seront représentatives de notre époque si on les consulte dans quelques milliers d'années. 


 NOW PLAYING... Something so strong - Crowded House (1986) | Petit retour vers le passé ⏱️
VOUS AVEZ AIMÉ ?

         
SHARE
TWEET (@PLANET_NL)
SHARE
LIEN À PARTAGER
NOUS SOMMES LÀ POUR VOUS SOUTENIR 
Les révolutions qui changent notre monde se font grâce à l'envie et la détermination d'acteurs et entreprises qui décident de bousculer les règles. 

On vous met à l'honneur : pour sponsoriser nos newsletters, contactez-nous par email ;) 

Pas encore inscrit ? Rejoins-nous !

INSCRIPTION       ARCHIVES      MISSION
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|* *|END:IF|*

Modifier ses préférences ou Se désinscrire