Les usines à posts prennent de plus en plus de place sur Instagram et ça pose un sérieux problème à Facebook

Les usines à posts prennent de plus en plus de place sur Instagram et ça pose un sérieux problème à Facebook

 

Avec plus d'1 milliard d'utilisateurs, Instagram est devenu la plateforme privilégiée des marques pour communiquer. Sauf que la saturation du contenu menace l'authenticité du réseau.
 

La poule aux œufs d'or de Facebook

Racheté $1 milliard en 2012, Instagram vaut aujourd'hui $200 milliards (40 % de la valorisation de Facebook) et génère 22 % des recettes publicitaires du groupe.  

L'app permet à Facebook de cibler une audience plus jeune qui se détourne son app mère (75 % des utilisateurs ont entre 18 et 24 ans). Facebook essaie même de capitaliser sur l'image d'Instagram en changeant son nom en "Instagram from Facebook".
 

Mais trop d'influence tue l'influence 

La frontière entre la publicité et le post authentique est de plus en plus floue et des agences spécialisées en exploitent les failles.

C'est le cas de 421 Media, une agence américaine de marketing digital qui détient une centaine de comptes qui touchent environ 300 millions de followers et crée du contenu pour Sony, Paramount ou Amazon Studios. 

En Chine, on voit même apparaître des agences d'influenceurs. Rhunn manage 113 célébrités qui ont généré plus de $300 millions de recettes publicitaires en 2018.
 

 The takeaway

Les marques ont dépensé $265 millions en marketing d'influence sur Instagram sur Q1 2019, deux fois plus qu'au Q1 2018.

La pression commerciale risque donc de s'accentuer un peu plus sur le réseau. En plus, les marques se détournent des gros comptes et recherchent la nano-influence, plus authentique.
 

FB | TWTTR | LKDIN