$45 millions pour ClimaCell : les prévisions météo ont le vent en poupe

*|MC:SUBJECT|*
Avoir des prévisions ultra-précises, un must-have pour un tas d'industries florissantes. 
FORWARDEZ-NOUS À VOS AMI.E.S ! 
08.09.2018
CLIMACELL LÈVE $45 MILLIONS -- ET MONTRE QUE LES PRÉVISIONS MÉTÉO ONT LE VENT EN POUPE

Oui, il y a une nouvelle génération de sartups spécialisées dans les prévisions météorologiques qui émergent. ClimaCell est l'une d'entre elles : la startup basée à Boston vient de lever $45 millions en série B, et promet des prévisions précises et hyper-locales. 

Sa technique : elle utilise un logiciel qui analyse les répercussions de la météo sur les réseaux sans fil, notamment les réseaux cellulaires et ceux de l'IoT, sans avoir à déployer aucun appareil ou capteur. 

Cette technologie a alléché beaucoup de monde. Parmi les investisseurs : Ford Smart Mobility, la division dédiée de Ford à la mobilité intelligente. 

POURQUOI C'EST IMPORTANT : 
Parce que cette nouvelle génération brise l'approche traditionnelle des prédictions grâce au cloud et aux algorithmes. Et que si le marché est en plein essor, c'est qu'elles proposent des solutions indispensables pour certains secteurs d'avenir.
BASICS : PRÉDIRE LA MÉTÉO
Dans l'Antiquité, la météo était surtout une histoire de volonté des dieux, d'oracles et de devins. Ce n'est qu'à partir de la fin du du XIXème siècle que les techniques de communication modernes et les avancées scientifiques permettent d'établir les premiers modèles de prévision. 
ballon meteo
Les premières données atmosphériques mesurées grâce au ballon-sonde de Gustave Hermite (1893)

Le fonctionnement : après la récolte de données (pression, humidité...), des modèles mathématiques informatisés (comme les équations primitives atmosphériques) permettent de "prévoir" le comportement des différentes variables. 

Mais deux problèmes inhérents à ces techniques ont émergé : 

1/ Certaines technologies sont vieillissantes. Les installations contraignantes comme les gros satellites et paraboles sont lentes, et sont remplacés par du matériel bien plus performant. Et les logiciels exécutant les modèles aussi. 

2/ Les prévisions sont centralisées. Les organisations gouvernementales ont le monopole de la prévision au vu du coût de certaines installations. Ce système ne répond pourtant pas aux besoins très spécifiques de certaines nouvelles industries. 

CLOUD + SOFTWARE = MEILLEURES PRÉVISIONS
C'est sur ce terreau fertile que sont nés les nouvelles startups de prévisions météorologiques : une barrière à l'entrée plus faible et des nouvelles technologies disponibles. 

L'exemple de ClimaCell :
Le constat a été simple : les fluctuations atmosphériques affectent les signaux transmis entre les antennes relais et les téléphones mobiles. En combinant ces données avec celles issues des installations traditionnelles (même Météo France met à dispositions des données publiques via des webservices), ClimaCell a pu développer un logiciel donnant des prévisions très précises. Elle utilise notamment des puces Nvidia, une des références sur le marché des puces de nouvelle génération. 

Une technique similaire est d'ailleurs utilisée par GeoOptics, qui étudie les fluctuations des signaux des GPS dans l'atmosphère grâce à des mini-satellites. Elle fait d'ailleurs partie des deux startups ayant passé un contrat de presque $1 million avec la National Oceanic and Atmospheric Administration américaine.  

satellite meteo
Les satellites CICERO de GeoOptics de pèsent que 100kg. 
OUI, MAIS À QUOI ÇA SERT ?  
L'histoire de ClimaCell est parlante : les trois fondateurs, anciens militaires israéliens, savent le caractère décisif que peut avoir la précision des prévisions météo pour les opérations militaires. 

Parmi les industries ultra-dépendantes de ces prévisions : l'aviation, les services publics ou encore l'assurance. Mais une flopée de secteurs ont besoin de données bien plus précises : l'agriculture, les transports de personnes, les voitures autonomes, les drones, la livraison... 

ClimaCell travaille donc notamment avec Via, une application d'auto-partage américaine. Pour justifier son investissement, Ford explique quant à lui que les micro-prévisions seront essentielles aux voitures autonomes pour calculer des itinéraires qui évitent le mauvais temps. 

Plus largement, le National Weather Service américain estime que la météo peut tout de même faire varier le PIB du pays de 6%. Ces nouveaux acteurs ont donc le pouvoir de faire la pluie et le beau temps. Littéralement. 

  NOW PLAYING... Have you ever seen the rain? - Creedence Clearwater Revival (1971). Tout est dans le titre.  

CET EMAIL VOUS A PLU ? 

         
Tweet
Share
Share
REJOINDRE NOTRE GROUPE PRIVÉ

Envie que votre marque sponsorise une newsletter ? Écrivez-nous à arthur@getplanet.eu.

INSCRIPTION       ARCHIVES 
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|* *|END:IF|*

Modifier ses préférences ou Se désinscrire