Deep Fake : le projet (très utile) d'Open AI qui effraie même ses créateurs

*|MC:SUBJECT|*
Heureusement pour nous, ce projet d'écriture automatique ne verra pas le jour.
 
20.02.2019
Planet
Amenée avec  -- S'inspirer des pionniers pour réinventer son organisation 
DEEP FAKE : LE PROJET (TRÈS UTILE) D'OPEN AI QUI EFFRAIE MÊME SES CRÉATEURS
Frankenstein

Open AI, l'association de recherche créée par Elon Musk et Sam Altman, vient de décider de bloquer la sortie de sa nouvelle IA. 

La raison ? Baptisé GPT2, ce générateur de texte pourrait être un formidable créateur de fake news impossible à détecter.

Après les vidéos, le texte. En clair, les deep fakes progressent. 

POURQUOI C'EST IMPORTANT :
Cette IA fait tomber une nouvelle barrière celle de l'écriture. Et si elle réanime le débat sur la manipulation de l'opinion, elle pourrait aussi devenir une formidable source d'inspiration pour les professionnels de l'écriture. 
C'EST UNE BONNE SITUATION, ÇA, SCRIBE ?

À partir de quelques phrases, GTP2 peut écrire le reste de votre histoire en tenant compte du style, du ton et du contexte. Le projet n'est pas en libre d'accès, mais plusieurs journaux ont quand même eu l'occasion de l'essayer. 

C'est bluffant : 

Le modèle est révolutionnaire sur deux points :

1/ La quantité de données que l'IA a ingurgitée est impressionnante : l'équivalent de 35000 livres (= 10 millions d'articles). Cela lui donne la capacité de rédiger des textes dans n'importe quel domaine.

2/ La qualité des textes est impressionnante. GPT2 génère des textes structurés et adaptés au contexte dans la plupart des cas. Si bien qu'il est difficile de dire ce qui est produit par un humain ou une IA, mais surtout de distinguer le vrai du faux.
 

C'EST L'OUTIL PARFAIT POUR SCALER DES FAKE NEWS

Tout le texte produit par cette IA est imaginaire et le robot est incapable de faire le tri dans l'origine de ses sources. Ç'est donc un outil parfait pour générer des fake news à grande échelle.

De deux choses l'une : 

# GPT2 symbolise un problème récurrent rencontré par ces IA qui agissent comme des miroirs et se nourrissent de ce qu'elles rencontrent. Souvenez-vous de Tay, le chatbot de Microsoft qui avait été transformé en militant Nazi en moins de 24h en discutant sur Twitter.

# C'est peut-être une des dernières barrières qui empêche la diffusion de l'IA à grande échelle : comment faire intégrer les notions de bien et de mal à une IA ? Comment la rendre utile pour le bien commun ?

Quand on sait que les personnes choisissent qu'une voiture autonome doit tuer un bébé ou une grand-mère en fonction de leur culture et leur lieu de vie, on sent que la question va être épineuse.

MAIS... IL NE FAUT PAS VOIR LE MAL PARTOUT

Les chercheurs ont donné la première phrase du roman 1984 de George Orwell à GPT2: «C'était une journée ensoleillée et froide du mois d'avril, et les horloges affichaient 13h ».

Et à l'IA de continuer : « J'étais dans ma voiture à Seattle en route pour mon nouveau travail. J'ai fait le plein, mis la clé sur le contact, et me suis laissé porter [...] En 2045, j'étais professeur dans une école située dans une région pauvre de la Chine rurale.».

Il y a 6 mois, une intelligence artificielle avait essayé d'écrire un livre entier dans le style de Jack Kerouac, et ce n'était clairement pas aussi convaincant.  

Alors quel destin pour cette IA ? Elle pourrait aussi être un formidable outil pour ceux qui écrivent plutôt qu'un concurrent direct. En 2017, l'IA fait maison du Washington Post avait publié plus de 850 articles (qui eux étaient vérifiés) sans que personne ne s'en rende compte. 

Dans les années 20, les surréalistes Jacques Prévert et Yves Tanguy avaient inventé le cadavre exquis, un jeu où chacun des participants devaient continuer la phrase de l'autre, censé stimuler la créativité. Loin d'être un de nos concurrents, l'IA ne serait-elle alors pas un formidable outil pour renforcer notre humanité ?


Et maintenant, un contenu sponsorisé par... 

SI VOUS VOULEZ TRAVAILLER AUTREMENT

Dans son célèbre memo de 2016, la directrice des ressources humaines de Netflix expliquait l'accent mis par l'entreprise sur la décentralisation de la prise de décision, la responsabilisation des employés et la confiance. 

Netflix a forgé une culture : celle d'une entreprise qui a tout misé sur l'humain pour faire face à la bulle Internet et se réinventer en mastodonte du streaming. 

Aujourd'hui, pour faire face à la course aux talents, deux pistes semblent se dégager pour se réinventer : 
1/ Opérer une transformation interne en replaçant l'humain au centre de l'organisation 
2/ Trouver de nouveaux collaborateurs externes, comme les freelances, qui constituent la méthode la plus rapide pour l’acquisition de compétences techniques très prisées. 

Finalement, l'avenir du bureau se situe aussi hors de ses murs. Les employés ayant soif de flexibilité, le travail en remote est aussi une arme redoutable pour attirer les talents et les fidéliser. 

Avec sa plateforme de freelancing, Comet permet à toutes entreprises de trouver instantanément les développeurs les plus adaptés à leurs projets. Leur dernier livre blanc, The Future of Workplace, donne une vision précise et inspirante des mutations du travail, et met en lumière des entreprises pionnières de ce nouveau modèle, comme Facebook ou Alan.
VOTRE DOSE D'INSPIRATION EST ICI, EN ACCÈS LIBRE


 NOW PLAYING... Men I Trust - Tailwhip (2017) | Qui vous dit qu'on a vraiment écrit cet article ? 

VOUS AVEZ AIMÉ ?

         
Share
Tweet (@planet_nl)
Share
NOUS SOMMES LÀ POUR VOUS SOUTENIR 
Les révolutions qui changent notre monde se font grâce à l'envie et la détermination d'acteurs et entreprises qui décident de bousculer les règles. 

On vous met à l'honneur : pour sponsoriser nos newsletters, contactez-nous par email ;) 
REJOIGNEZ NOTRE GROUPE PRIVÉ
INSCRIPTION       ARCHIVES      MISSION
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|* *|END:IF|*

Modifier ses préférences ou Se désinscrire