Nos emails et messages pro révèlent-ils notre état mental ? 

 
Nos emails et messages pro révèlent-ils notre état mental ? 
 

C'est bien connu, les employés "heureux" sont plus productifs et sont le socle d'entreprises saines

Mais comment les évaluer ? Si certains se concentrent sur les questionnaires, l'analyse des habitudes d'écriture semblent bien plus efficaces
 

Plutôt Je ou Il ?

La startup canadienne Receptiviti analyse automatiquement grâce au Natural Language Processing les emails ou messages Slack. 

L'algorithme ne recherche pas vraiment les sentiments mais, plutôt les parties passives de notre langage. Les personnes qui utilisent par exemple plus "je" et "moi" que "il" ou "elle" seraient moins heureuses

Exemple : "je suis très frustré" pourrait facilement se transformer en "c'est très frustrant". 


Ça arrive au bureau 

Fin 2016, Receptiviti a conclu un partenariat avec Hogan Assessement, un mastodonte des tests de personnalité dans le milieu professionnel. 

Le but : analyser les données d'Hogan avec l'algorithme de Reciptiviti pour évaluer l'état mental des employés. 

En 2017, la startup s'était même associée avec l'app de dating Loveflutter pour faire des recommandations de profils seulement en lisant les tweets des utilisateurs. 
 

 The takeaway

25 % des salariés français se sentent désengagés de leur travail. Les solutions qui récoltent du feedback et les coaches (comme Jubiwee ou SideKick) fleurissent. 

Mais attention : les employés ne doivent pas non plus se sentir surveillés. Ce qui est sûr, c'est que c'est devenu un enjeu crucial pour les employeurs... quand on voit ce que la culture "toxique" d'Uber a causé lors de son IPO. 
 

FB | TWTTR | LKDIN