Sommes-nous à l'ère de l'innovation ? Pas vraiment : l'entrepreneuriat et la dynamique business plongent depuis des décennies en Occident

 

  

Sommes-nous à l'ère de l'innovation ? Pas vraiment : l'entrepreneuriat et la dynamique business plongent depuis des décennies en Occident
 

Innovation is sexy. Entre les annonces de levées de fonds, de nouvelles licornes et du Next 40, le mythe de la 4ème Révolution Industrielle a tout pour séduire.

Alors qu'en fait... l'entrepreneuriat et l'innovation ne cesseraient de décliner depuis les années 80 dans les pays occidentaux. 
 

Regardons quelques indicateurs américains

Que ce soit le ratio de nouvelles entreprises sur le total (-50% en 30 ans) ou la part des jeunes entreprises dans l'économie US (-9% en 30 ans), les chiffres ne cessent de baisser. 

Dans le même temps, le nombre d'employés des grands groupes n'a cessé d'augmenter et le nombre d'entrepreneurs diplômés est passé de 12,2% en 1985 à 5,3% en 2011.  


La raison ? L'archaïsme

La population dans les pays développés est vieillissante, sa croissance ralentit et la mobilité professionnelle est en panne. 

Mais surtout :  le pouvoir des grandes entreprises grandit et crée des barrières à l'entrée, il y a de plus en plus de M&A et nos économies sont bourrées de "zombies", des entreprises non viables qui restent en vie grâce au crédit (cf Thomas Cook). 
 

 The takeaway

Alors que faire ? Encourager l'entrepreneuriat. Les nouvelles entreprises sont indispensables pour la création d'emplois et l'innovation, et la pression qu'elles mettent sur les grands acteurs est bonne pour nous (meilleurs produits, meilleurs prix). 

Et peut-être que ça passera aussi par plus de régulations des gros comme le démantèlement des monopoles.  
 

FB | TWTTR | LKDIN