Comment la France est discrètement devenue le second plus gros marché du hip-hop

*|MC:SUBJECT|*
Aujourd'hui, l'impression 3D est pas loin du scale, les entreprises chinoises volent Trump en parallèle, mais avant ça...
gif-ntm-hip-hop
Amenée avec  | Ils font même briller les industries les plus chi***** 

 

Comment la France est discrètement devenue le second plus gros marché du hip-hop


Le 7 juin, Nekfeu a été le 6ème artiste masculin le plus écouté au monde sur Spotify avec 14.9 millions de streams. 

Son nouveau film-album a même réussi à attirer 100 000 personnes au cinéma. Les records s'enchaînent. 


 Pourquoi c'est important

Le hip-hop tire la croissance de l'industrie musicale française estimée à €735 millions. Il est aussi le genre francophone qui s'exporte le mieux.


À l'origine, la voix des sans voix 

Les premiers sons de hip-hop français arrivent dans les 90's dans un contexte de crises sociales et d'embrasement des banlieues comme à Vaulx-en-Velin en 1991. 

Des groupes comme NTM ou Assassin incarnent le rejet du système médiatique et politique en décrivant pour la première fois le malaise des banlieues. 

Le genre s'ouvre ensuite à un public plus large grâce à des sonorités pop, notamment avec Bouge de là de MC Solaar. En 1994, Doc Gyneco signe l'un des premiers gros contrats avec une major, Virgin, pour son classique Première Consultation


Aujourd'hui, le game a bien évolué  

En 2018, la moitié des singles n°1 en France était des titres de hip-hop français. Et les rappeurs savent faire du business : 

# Ils montent leurs propres labels : QLF pour PNL, Seine Zoo pour Nekfeu. 

# Ils soignent leurs sources de revenus : avec des albums remplis de morceaux courts plus bankable (5 millions de recettes pour Dans la légende de PNL), ils développent le e-commerce (Seine Zoo a sorti une collection avec Agnès b.) et nouent des partenariats, comme celui de Nekfeu avec Pathé pour son nouvel album. 

# Ils enchaînent les coups de communication, à l'instar de la campagne de PNL avec Uber.

Et ça marche : en 2019, PNL a réalisé le deuxième meilleur démarrage rap des ventes physiques dans le monde. 


Et le Français s'exporte

Les rappeurs français ont généré plus de 2 milliards de vues sur Youtube en incluant la scène belge très active (Damso, Roméo Elvis...).  

Le rap diffuse plus que jamais la francophonie dans le monde, notamment grâce à des sous-genres en pleine croissance comme l'afro-trap qui cartonne en Afrique.  

En 2015, Nekfeu annonçait la couleur : "Tu vois la vision qu'ont les gens du rap ? Nous, on va changer ça". Mission réussie. Mais quelle vision portera le rap mainstream après avoir incarné la contestation ?

 

'Rhythm, Poetry and... Money'
 

FB | TWTTR | LKDIN | MAIL
 



par... 


Comment devenir sexy ?


Pas de doute, la révolution du content marketing est en marche : 70 % des consommateurs préfèrent apprendre sur une marque via du contenu pertinent que via une pub.  

Ok, mais comment s'en servir quand on travaille dans une industrie pas sexy ?


"Notre marché n'intéresse personne"

Les industries "ennuyeuses" sont souvent les plus techniques (pharma, légal...) ou celles où il existe une multitude d'acteurs aux services similaires (assurance, paiement, transport...). 

Et pourtant... ce qui s'y passe intéresse potentiellement tous les professionnels du secteur. 


Les nerds intéressent les nerds

À la création de Stripe, les frères fondateurs déclaraient "we wanna do a payment platform that doesn't suck for developers". 

Stripe a alors produit le meilleur contenu possible sur les aspects techniques du paiement, rendant sa plateforme irrésistible pour les développeurs. 

Bien définir sa cible, simplifier ses contenus, explorer de nouveaux horizons... YouLoveWords, qui est à l'origine de la stratégie éditoriale et des contenus d'entreprises comme PayFit, Airbnb ou But, a compilé les meilleurs conseils pour les industries difficiles. 

Et si vous voulez savoir si votre contenu est pertinent, YouLoveWords offre 5 audits avec Planet. 

C'est par ici



 

Les imprimantes 3D ne sont pas loin de pouvoir produire en série


En bouclant une nouvelle levée de $260 millions, la startup californienne Carbon veut prouver que sa technologie d'impression 3D peut imprimer presque n'importe quel produit, at scale.


L'impression 3D a déçu 

Même si l'argent continue d'affluer dans l’industrie (déjà $650 millions investis en 2019), les acteurs historiques déçoivent. L'action de Nano Dimensions, leader mondial de l'impression 3D électronique, a perdu 80 % en un an. 

Le problème : les imprimantes 3D industrielles sont très chères à l'achat (jusqu'à $750 000) et leur technologie se déprécie très rapidement. 


Mais maintenant, il y a Carbon 

Son modèle est différent sur deux points :

1/ Les industriels payent un droit d'utilisation annuel qui va de $70 000 à $200 000 pour un contrat de 3 à 7 ans.
2/ Les imprimantes utilisent une technologie appelée Digital Light Synthesis qui modèle la matière en projetant des rayons UV dans un réservoir de résine. Les produits sont beaucoup mieux finis. 

Les industriels semblent convaincus : Adidas s'en sert pour produire en masse un modèle de baskets très légères, Ford pour produire des pièces de rechange et Riddlle pour faire des casques de sport sur-mesure. 
 

 The takeaway

Il y a une immense opportunité à saisir dans le business de la production industrielle, qui pèse autour de $12 billions. Oden Technologies veut par exemple réduire le gaspillage en analysant les data, et Automata veut démocratiser l'automatisation avec des bras robotiques à $6600. 
 

FB | TWTTR | LKDIN | MAIL
 




Alors que Trump met des tarifs à la Chine, les entreprises redoublent d'inventivité pour les éviter


Selon les chiffres officiels des autorités vietnamiennes, des millions de produits chinois (ordinateurs, machines industrielles...) seraient relabelisés made in Vietnam pour être exportés aux États-Unis afin d'éviter les tarifs douaniers. 


La guerre commerciale s'envenime 

Le mois dernier, Trump a décidé d'augmenter les taxes de 25 % sur des produits chinois (équivalent à $200 milliards), entraînant une riposte. 

Juste avant le G20, qui s'ouvre aujourd'hui au Japon, Trump a mis un coup de pression en proposant des taxes sur l'équivalent de $300 milliards de produits chinois. 


Quand on ne veut pas payer, on fraude

Pour éviter ces taxes, les entreprises chinoises ont développé de nouvelles techniques, parfois très créatives

Parmi elles, le transbordement : envoyer ses marchandises faire un stop dans un pays tiers en prétextant de devoir changer de moyen de transport. 

Ce pays tiers, c'est le Vietnam. Depuis janvier, les exportations du pays ont augmenté de 40 %. Les entreprises le choisissent pour sa main d'oeuvre bon marché et son climat favorable aux affaires. 

Problème : avec les faux labels, le pays a été repéré et Trump réfléchit à lui imposer des taxes.  


 The takeaway

Deux choses : 
1/ Taiwan est aussi scruté car ses exportations de produits électroniques ont augmenté de 56 % au premier trimestre.  
2/ Ces tarifs pourraient profiter aux pays de la région : il y a une semaine, Apple déclarait vouloir délocaliser ses activités de production de la Chine pour peut-être aller... au Vietnam. 
 

FB | TWTTR | LKDIN | MAIL
 


  NOW PLAYING... Des durs des boss des dombis - Fabe (1997) | À l'ancienne. 



VOUS AVEZ AIMÉ ?

         
INVITER DES AMIS PAR EMAIL
INSCRIPTION       ARCHIVES      MANIFESTO
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|* *|END:IF|*

Modifier ses préférences ou Se désinscrire