Games-as-a-service : jackpot pour les éditeurs de jeux vidéo

*|MC:SUBJECT|*
En switchant vers des modèles d'abonnement, Electronic Arts et Activision Blizzard ont vu leurs valorisations s'envoler. 
Share
Tweet
Share
22.10.2018
GAMES-AS-A-SERVICE : JACKPOT POUR LES ÉDITEURS DE JEUX VIDÉOS
modèle d'abonnement

L'abonnement a le vent en poupe. Selon un récent rapport de DFC Intelligence, un cabinet de recherche spécialisé dans l'industrie du gaming, le modèle du game-as-a-service est devenu extrêmement lucratif. 

Deux chiffres : selon DFC, ce nouveau modèle serait responsable de la croissance spectaculaire de deux grands éditeurs, Electronic Arts et Activision Blizzard.

  • EA est maintenant valorisé $33 milliards, contre $4 milliards en 2012 
  • Sur la même période, Activision Blizzard est passé de 10 à $60 milliards. 
POURQUOI C'EST IMPORTANT : 
Parce que les éditeurs de jeux vidéos basculent tous peu à peu vers le modèle de l'abonnement, ou game-as-a service. Et aussi parce que ce business model est en train de conquérir tous les secteurs.  
NEW RULE : SOUSCRIVEZ POUR JOUER 
Le rapport de DFC scinde l'industrie du jeu vidéo en deux segments : 

1/ Le pay-to-play : c'est le modèle avec lequel nous sommes nés. Le principe : un éditeur produit un jeu (physique ou digital) et le vend à un prix donné. 

Problème : avec ce business model, ça passe ou ça casse. Selon le succès du jeu, les revenus sont cycliques car ils coïncident avec sa sortie. 

2/ Le games-as-a-service : ce modèle parie sur la longévité. Les contenus sont régulièrement mis à jour, et des extensions sont proposées aux joueurs. Par exemple, le nouveau jeu phare de l'éditeur français Ubisoft Assassin's Creed Odyssey utilise ce modèle : toutes les semaines, du nouveau contenu sera disponible pour que les joueurs restent dans l'aventure. 

Les avantages : une fidélisation des joueurs sur le long-terme et des revenus récurrents, ce qui n'est pas pour déplaire aux investisseurs

LE STREAMING VEUT REJOINDRE LA PARTIE
La digitalisation des contenus est à la base de ce business model. En 2018, les ventes digitales d'Electronic Arts ont bondi de 31%, et les ventes physiques ont chuté de 17%. 

Les éditeurs parient donc sur la transformation de leurs jeux en véritables plateformes sur laquelle les joueurs peuvent consommer. Et les avantages sont nombreux : 

modèle d'abonnement
Les implications induites par le modèle games-as-a-service, par Ubisoft

Mais ce n'est pas tout : le games-as-a-service se couple avec le cloud gaming. Le principe est de proposer des contenus 100% en ligne et accessibles en streaming sur n'importe quelle plateforme, avec un modèle d'abonnement.

Et pas besoin d'avoir une machine dernier cri : toute la puissance de calcul et les sauvegardes se font grâce à des serveurs accessibles via le cloud. C'est ce qu'a par exemple décidé de développer Sony avec son service Playstation Now, qui donne accès à une multitude de jeux en streaming. 

L'ABONNEMENT, ROI DES BUSINESS MODEL
Pour Electronic Arts et les autres éditeurs, une chose est donc sûre : l'avenir du jeu vidéo passera par l'abonnement et le streaming. 

Mais d'autres acteurs ont aussi envie de rejoindre la partie. Début octobre, Google et Ubisoft ont annoncé leur partenariat pour permettre aux joueurs d'expérimenter Assassin's Creed Odyssey en streaming, directement depuis Google Chrome. Baptisé Project Stream, ce projet est surtout un défi technique qu'il faudra surmonter pour ouvrir la nouvelle ère du gaming.

C'est en fait une tendance plus profonde qui se dessine : la démocratisation du modèle d'abonnement, tous domaines confondus. S'il a été d'abord utilisé par l'industrie du divertissement (Spotify, Netflix, Hulu...), l'abonnement devrait conquérir tous les secteurs, y compris les services de VTC ! 

Même Apple semble d'ailleurs penser que ce modèle pourrait sauver l'App Store. Fin août, la firme a organisé une réunion secrète à New York pour pousser les développeurs à basculer vers un modèle d'abonnement pour leurs apps. Bienvenue dans la subscription economy. 

  NOW PLAYING...Dear Mama - 2Pac (2004). Back to basics pour ce début de semaine 🖖 

CET EMAIL VOUS A PLU ? 

         
FORWARDEZ-NOUS 
REJOINDRE NOTRE GROUPE PRIVÉ
INSCRIPTION       ARCHIVES 
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|* *|END:IF|*

Modifier ses préférences ou Se désinscrire