Globalization 4.0 : nouvelle ère, nouveaux défis

*|MC:SUBJECT|*
À Davos, on aime bien les buzzwords. Mais maintenant, il va falloir passer à l'action. 
28.01.2019
Planet
FORWARDEZ-NOUS 
GLOBALIZATION 4.0 : NOUVELLE ÈRE, NOUVEAUX DÉFIS
gif-davos

Le Forum de Davos, ou World Economic Forum, s'est achevé en Suisse en fin de semaine dernière.

Pour cette édition, pas de remous créés par Trump, mais un buzzword : mondialisation 4.0, une nouvelle phase induite par le numérique. 

Et surtout une ère dans laquelle des bouleversements économiques et politiques semblent se profiler.

POURQUOI C'EST IMPORTANT :
# La mondialisation 4.0 marque l'avènement d’un marché unique pour les services, entraînant un risque de déqualification des travailleurs des pays développés.
# Il devient donc urgent d'inventer de nouveaux modèles de société dont l'inclusion sociale ne viendrait plus que du travail.
BIENVENUE DANS LA NOUVELLE VAGUE 

Les trois premières phases de la mondialisation ont permis une accélération exponentielle de la circulation des biens, des hommes et des idées dans le monde.

La quatrième, elle, marque une rupture : un marché mondial de services numériques est né. 

# D'un côté, le développement technologique bouleverse tous les secteurs les uns après les autres, et les services à forte valeur ajoutée de nos économies développées sont désormais mis en concurrence avec ceux des pays en développement.

# De l'autre, la 4ème révolution industrielle vient transformer toutes les chaines de valeur existantes. 

En conséquence : la croissance des pays développés, qui repose sur les services et sur un parc industriel vieillissant, ralentit
 

4th-indus-revolution
La 4ème phase de la mondialisation coïncide avec l'avènement de l'industrie 4.0. 
ET CE N'EST PAS PRÊT DE S'ARRÊTER

Cette nouvelle phase va véritablement s'accélérer sous l’impulsion de trois facteurs :

1/ La 5G et les objets connectés sont le ciment de ce marché de services mondiaux. D’ici à 2020, 110 pays auront installé la 5G et on annonce plus de 30 milliards d'objets connectés en circulation.
2/ Les progrès de la traduction en temps réel sont impressionnants du côté des géants tech (notamment Google). Le langage ne sera bientôt plus une barrière aux échanges internationaux. 
3/ L'intelligence artificielle permet d’automatiser de plus en plus de tâches simples. L’IA sera responsable de 85% des interactions avec les clients d’ici 2020. 

Résultat : avec l'avènement d'un seul et unique marché mondial de services numériques, le déclassement des travailleurs qualifiés de nos pays n’en est qu’à ses débuts.

C'est une des raisons qui explique un contexte propice aux régimes populistes et protectionnistes. UK, USA, Brésil... la liste pourrait s'allonger. 

OK, MAIS COMMENT GARDER UN ÉQUILIBRE DÉMOCRATIQUE ET SOCIAL ?

C'est compliqué. Trois grandes pistes de réflexion émergent :

1/ La première concerne encore et toujours une meilleure répartition des richesses. Ou en tout cas, rétablir une certaine justice. Les multinationales qui bénéficient d’un certain traitement de faveur fiscal sont pourtant les premières bénéficiaires de cette nouvelle mondialisation.

Une des solutions envisagée par l'OCDE est de créer un régime de taxation adapté aux entreprises digitales (notamment sur la taxation des actifs intangibles comme les adresses IP) qui permettrait de financer une partie des coûts de ces mutations.


2/ Le travail ne devrait pas être le seul vecteur d’inclusion sociale. Redéfinir la notion de travail est capital si l’on ne veut pas que la hausse du chômage se combine à la montée de l’exclusion sociale et du populisme. Une des solutions envisagées permettant de briser ce cycle est le revenu universel. L'Alaska l'expérimente depuis 1982 et le taux de pauvreté a chuté de 4 points en 10 ans pour un taux d’emploi qui reste stable.

3/ Une réflexion profonde (et une éducation de la société) sur les grands changements technologiques est à enclencher. Effacement des frontières entre le physique, le technique et le biotechnologique avec l'édition du génome humain avec CRISPR, l'IA, la démocratisation de la viande végétale.... Le sentiment d'être dépassé et de ne pas maitriser le progrès nourrit la peur et le ressentiment.  

Ce qui est sûr, c'est que le capitalisme tel que nous le connaissons est à bout de souffle. Et que si les conséquences économiques se font déjà ressentir dans les pays "développés", celles sur nos systèmes politiques ne font que commencer. À nous de réinventer nos démocraties libérales pour s'adapter aux changements structurels du XXIème siècle. 


 NOW PLAYING... Revolution - The Beatles (cover) | Talking about revolution... Bon début de semaine 🖖

NOUS SOMMES LÀ POUR VOUS SOUTENIR 
Les révolutions qui changent notre monde se font grâce à l'envie et la détermination d'acteurs et entreprises qui décident de bousculer le statu quo. 

On vous met votre mission à l'honneur : si vous voulez que votre marque sponsorise notre newsletter, contactez-nous par email ;) 
VOUS AVEZ AIMÉ ? 

         
Share
Tweet (@planet_nl)
Share
REJOIGNEZ NOTRE GROUPE PRIVÉ
INSCRIPTION       ARCHIVES      MISSION
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|* *|END:IF|*

Modifier ses préférences ou Se désinscrire