Les personnes handicapées sont la troisième force économique du monde... et sont pourtant encore mal servies  

Les personnes handicapées sont la troisième force économique du monde... et sont pourtant encore mal servies  

 

Si l'on regarde les campagnes marketing récentes, il semblerait que l'inclusion soit un sujet qui ait été pris à bras le corps par les entreprises. 

Mais au-delà des RP... ce n'est pas vraiment le cas. Pourtant, les personnes touchées par un handicap en ont besoin.
 

Ce n'est pas seulement une question de chiffres...

Environ 1 milliard de personnes dans le monde sont touchées par un handicap, qu'il soit fort ou faible. Ça représente $8 billions de revenu disponible, ce qui en fait la troisième puissance économique derrière les États-Unis et la Chine. 

En France, ça concerne 12 millions de personnes. C'est une des seules "minorités" à laquelle nous sommes à peu près sûrs d'appartenir un jour. 
 

...mais surtout d'engagement

Il y a un an, Tommy Hilfiger a lancé Tommy Adaptative, une ligne de vêtements dédiées aux personnes handicapées. Les vêtements sont plus faciles à mettre, et la marque a revu son expérience d'achat, du magasin à l'ouverture des paquets de livraison. 

Cet engagement a un effet domino : les consommateurs sont de plus en plus enclin à acheter des produits de marques engagées, qui ont un but... et qui ne jouent pas seulement sur la communication. 
 

 The takeaway

Mieux servir les personnes touchées, c'est d'abord un enjeu social. Pour les startups et entreprises, c'est une grosse opportunité business et une source de rayonnement. 

Les handicaps faibles, comme la dyslexie ou la dyspraxie, permettent même aux entreprises de former de meilleures équipes grâce à leurs capacités cognitives avancées. 

 

FB | TWTTR | LKDIN