Les hipsters veulent du café local haut de gamme... et ça bouscule toute l'industrie 

 

Les hipsters veulent du café local haut de gamme... et ça bouscule toute l'industrie 

 

Alors qu'on se contentait encore d'un jus noir il y a quelques années, certains ne jurent plus que par des grains venus du Guatemala.

Cette demande pour le café premium est en train de déstabiliser toute la chaîne de production de l'industrie.
 

 Pourquoi c'est important

Chaque jour, plus de 2.25 milliards de tasses sont bues. Avec une nouvelle demande et des nouveaux entrants, les 25 millions de cultivateurs et les gros fabricants sont lourdement impactés. 
 

Les gros boivent la tasse 

61 % du café consommé aux US est désormais du café premium, un record.

La situation est comparable à ce qu'a connu l'industrie de la bière avec l'explosion des bières artisanales. Les consommateurs branchés privilégient le café torréfié localement dont ils connaissent l'origine. 

Le café standardisé n'a plus du tout la cote : Kraft Heinz, maison mère de Maxwell House, voudrait même revendre la marque car les ventes s'essoufflent. 
 

Bienvenue au café eco-friendly... et plus rentable 

En France, de nouveaux services comme Kawa proposent déjà des cafés premium pour les entreprises et particuliers. 

Bellwether, qui vient juste de lever $40 millions, va plus loin : l'entreprise américaine permet aux cafés de torréfier leurs grains avec des roasters électriques plus écologiques et rentables (= $200 000 d'économies par an).

Leur petit secret : les cafés commandent les grains verts aux producteurs sans passer par les centrales de torréfaction, qui multiplient les prix du grain par 4.
 

Mais acheteurs et producteurs n'ont pas dit leur dernier mot 

Pour capter cette nouvelle demande, les centrales d'achat investissent donc dans des structures plus flexibles qui travaillent directement avec les cafetiers.

Exemple : 32cup, un importateur belge de café premium et spécialisé, a été racheté par Sucafina, un des plus gros acheteurs de café au monde.

Les pays producteurs eux s'adaptent. Le Brésil et le Vietnam (50% de la production mondiale ) misent sur le haut de gamme. Grâce à la culture intercalaire du durian et des grains de café (qui les rend plus résistants) le Vietnam a pu doubler ses exportations en 20 ans