Internet shutdown : une preuve d'indépendance pour la Russie et le présage d'une nouvelle arme politique

*|MC:SUBJECT|*
Et il invite toute la Russie à jouer avec lui en prévision d'une cyberguerre.  
 
15.02.2019
Planet
FORWARDEZ-NOUS 
INTERNET SHUTDOWN : UNE PREUVE D'INDÉPENDANCE POUR LA RUSSIE ET LE PRÉSAGE D'UNE NOUVELLE ARME POLITIQUE
Russian-internet-shutdown

Mercredi, la Russie a fait une drôle d'annonce. Elle veut se déconnecter du réseau Internet mondial. 

What ?! Le pays veut tester la robustesse de son réseau autonome baptisé Runet, un intranet qui repose sur des infrastructures situées uniquement sur le sol russe. 

Le fantôme du Great Firewall Chinois ne semble alors plus très loin. 

POURQUOI C'EST IMPORTANT :
La Russie envoie un message fort au reste du monde pour prouver sa cyber-résistance. Mais cela montre surtout que le contrôle d'Internet devient une arme politique qui se généralise
À QUOI RESSEMBLE UN INTERNET MADE IN RUSSIA ?

En 2014, le Parlement russe a voté une loi qui oblige les sites internets à stocker les données des internautes sur le sol russe (ce qui avait notamment entraîné le blocage de Linkedin). 

En décembre dernier, il est allé plus loin : une loi oblige maintenant les fournisseurs d'accès à Internet (FAI) à garantir l'indépendance de l'Internet russe en montrant qu'ils sont capables de se reposer uniquement sur un réseau de serveurs locaux, le Runet.  

A travers cette manœuvre, le gouvernement russe cherche en fait deux choses :

1/ Tester la résistance de son réseau Internet face aux menaces de l'OTAN qui pense à organiser une réponse suite aux tentatives de hacking répétées sur ses pays membres.
2/ Mais aussi à améliorer son système de censure, ce que craignent les opposants au régime. Le Runet présente toutes les caractéristiques pour devenir un système de contrôle similaire au Great Firewall chinois. 

Et la Russie n'est pas le seul pays à s'inspirer de ce modèle qui se propage comme une trainée de poudre.

MAINTENANT, TOUT LE MONDE S'AMUSE À ÉTEINDRE INTERNET

La Chine défend la cyber-souveraineté, l'idée selon laquelle Internet est un espace qui doit respecter les même règles que l'espace public.

Et depuis l'avènement de Xi Jinping au pouvoir, le pays compte bien étendre son influence. D'abord en se lançant dans des projets pharaoniques, comme la Belt & Road Initiative, mais aussi en partageant son savoir faire en matière de contrôle d'Internet et ainsi diffuser sa propre vision du web.

Elle n'hésite donc pas à partager son savoir-faire en livrant clé en main des systèmes de contrôle aux pays qui en font la demande, comme l'Uganda

Résultat : la liberté sur internet régresse de plus en plus. En 2018, le monde a connu 188 coupures d'Internet volontaires, soit 100 de plus qu'en 2016. 90% des shutdowns ont eu lieu en Afrique et Asie.
Internet-freedom-decline

Un exemple : le Congo a décidé d'une coupure dans l'attente des résultats de l'élection présidentielle officiellement pour conserver l'ordre dans le pays. Mais c'était aussi un bon moyen de couper court aux plaintes d'irrégularités qui ont pesé sur le scrutin...
 

TROP D'INTERNETS TUENT INTERNET

Projet né aux États-Unis, l'Internet mondial reste pour le moment majoritairement sous contrôle américain. 

Un chiffre : Google est propriétaire de +50% des câbles sous-marins qui constituent la colonne vertébrale du net et les autres propriétaires s'appellent Facebook, Microsoft, ou Amazon.

Mais la Chine semble bien avoir compris l'intérêt de devenir propriétaire de ces infrastructures. Son champion national Huawei vient de rafler 40 000 km de contrat en Asie du Sud-Est et en Océanie. Et pendant ce temps-là... les navires russes s'amusent à rôder autour de ces câbles pour mettre la pression à l'Occident. 

Cette guerre des câbles est très symptomatique : elle symbolise l'incompatibilité des visions chinoise et américaine (et bientôt russe ?) et pourrait aboutir à une scission d'Internet en deux blocs souverains. 

Si l'Internet libre est un acquis pour notre génération, il reste fragile. Pourvu qu'il reste un réseau de partage d'informations dont personne ne peut se revendiquer propriétaire, comme le défendait l'auteur de la déclaration d'indépendance du cyberespace John Perry Barlow. 


 NOW PLAYING... You're not alone - Agoria feat. Blasé (2019) | Presque le weekend Bonne fin de semaine !
NOUS SOMMES LÀ POUR VOUS SOUTENIR 
Les révolutions qui changent notre monde se font grâce à l'envie et la détermination d'acteurs et entreprises qui décident de bousculer les règles. 

On vous met à l'honneur : pour sponsoriser nos newsletters, contactez-nous par email ;) 
VOUS AVEZ AIMÉ ?

         
Share
Tweet (@planet_nl)
Share
REJOIGNEZ NOTRE GROUPE PRIVÉ
INSCRIPTION       ARCHIVES      MISSION
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|* *|END:IF|*

Modifier ses préférences ou Se désinscrire