La naissance de bébés génétiquement modifiés prouve l'avancée fulgurante (et inquiétante) de CRISPR

*|MC:SUBJECT|*
Comment allons-nous gérer ces deux nouveaux bébés-OGM ? 
28.11.2018
Planet
FORWARDEZ-NOUS 
LA NAISSANCE DE BÉBÉS GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉS PROUVE L'AVANCÉE FULGURANTE (ET INQUIÉTANTE) DE CRISPR
CRISPR

C'est une première mondiale. 

Lundi, un chercheur chinois a annoncé la naissance de Lulu et Nana, deux jumelles dont le code génétique a été modifié pour résister au VIH grâce à la technologie CRISPR-cas9. 

Après l'annonce, réaction immédiate : une enquête à été ouverte, et la communauté scientifique a largement condamné l'expérience. 

POURQUOI C'EST IMPORTANT : 
# Déjà parce que cela souligne le potentiel immense de CRISPR-cas9 pour la manipulation du vivant, et l'avancée de la Chine en la matière.
# Mais surtout parce que CRISPR-cas9 pose de sérieuses questions éthiques et légales
CRISPR-cas9 = ALTÉRER LE GÉNÔME À VOLONTÉ

Notre ADN est codé avec une combinaison unique de quatre lettres : ATGC. 

En 1987, des chercheurs japonais découvrent dans le génome d'une bactérie des suites de ces lettres qui forment des palindromes (nommées CRISPR). Ces suites sont espacées par des séquences "normales" : 

CRISPR

Plus tard, on découvrira que ces espaces sont en fait des "archives" : dès qu'une attaque de virus connu intervient, des enzymes (les "cas") vont automatiquement aller découper une partie de l'ADN du virus, comme des ciseaux. 

De là naît une idée géniale : deux chercheuses prouvent en 2007 qu'il est possible de programmer une enzyme (la cas9) pour qu'elle cible puis découpe n'importe quelle séquence d'ADN. Il suffit alors d'introduire un nouveau gène pour combler le trou, et l'ADN est modifié. 

Et à quoi ça sert ? À retirer du génome d'un patient séropositif le gène infecté, à rendre les plantes résistantes à la sécheresse ou encore à fabriquer du biocarburant

MAIS VISIBLEMENT, CERTAINS ONT D'AUTRES AMBITIONS

He Jiankui a présenté dans une vidéo le processus d'altération du génome utilisé pendant la formation des embryons. 

Les scientifiques ont été choqués : si CRISPR reste une piste à explorer pour le traitement de maladies génétiques, la tentative n’avait pas pour but de traiter une maladie détectée mais de modifier le génome par prévention. Une manipulation risquée

Plus grave encore : cette mutation va être transmise à leur descendance. C’est donc l’ensemble du code génétique humain qui peut être impacté sur le long terme.

Si une enquête a été ouverte en Chine, on ne connait pas encore les origines du financement de cette expérience. Mais ce qui est certain, c'est que l'Empire du Milieu met le paquet pour être leader dans la recherche en biotechnologies : 

# Le gouvernement a défini la recherche comme une des ses top priorités. Le 13ème plan quinquennal veut que le secteur biotech représente au moins 4% du PIB d’ici à 2020. 

# Ensuite, la Chine veut devenir un territoire attractif pour les talents. Son plan appelé The Thousand Talents a pour but d’inciter les scientifiques prometteurs du monde entier à s’installer en Chine en leur proposant une prime de $151.000

ALORS, COMMENT ON RÉGULE ?

Coïncidence (ou pas), le Human Genom Editing International Summit, un sommet où l'on discutera régulation de la modification du génome humain, a débuté hier à Singapour.

Pour le moment, deux "bases" nous permettent de penser la régulation :

1/ Le parallèle avec les OGM
La principale crainte avec
les OGM, c'est le saut dans l'inconnu (les effets qu'ils ont sur nos écosystèmes...). En Europe, la cour de justice européenne a récemment classé les plantes CRISPR dans la même catégorie que les OGM, les soumettant aux mêmes règles. À l'inverse, c'est l'absence de régulation aux US.

2/ Les règles sur la modification du génome humain 
En Europe, la convention Oviedo de 1997 empêche toute modification sur le génome humain qui n’a pas un but thérapeutique et qui pourrait se transmettre aux descendants. Les US permettent quant à eux son utilisation dans des cas très précis. Alors qu'en Chine... il ne faut qu'une après-midi pour valider un traitement CRISPR sur un patient. 

Au fond, la question est la suivante : quel futur voulons-nous ? Car si cette technologie est considéré par le renseignement américain comme "arme de destruction massive", elle réveille surtout le vieux débat sur l'eugénisme...


 NOW PLAYING... Baby - Muddy Monk (2018). C'est dans le thème, et ça apaisera votre milieu de semaine ☮️🖖

VOUS AVEZ AIMÉ ? 

         
Share
Tweet
Share
REJOIGNEZ NOTRE GROUPE PRIVÉ
INSCRIPTION       ARCHIVES 
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|* *|END:IF|*

Modifier ses préférences ou Se désinscrire