La médecine psychédélique est prometteuse pour soigner les maladies mentales... et devient le prochain gros pari d'investisseurs

 

La médecine psychédélique est prometteuse pour soigner les maladies mentales... et devient le prochain gros pari d'investisseurs

 

C'est une première mondiale : un centre de recherche dédié à l'étude des champignons hallucinogènes vient d'ouvrir en Jamaïque. Derrière ce projet, Field Trip Ventures, le premier fond d'investissement spécialisé dans la médecine psychédélique. 

Un signe du regain d'intérêt des scientifiques pour les substances psychédéliques. 
 

 Pourquoi c'est important

Ces substances sont très efficaces pour traiter certaines maladies mentales. Et comme les pouvoirs publics autorisent de plus en plus d'expériences, un gigantesque marché prend forme. 
 

Les traitements font leurs preuves 

La psilocybine, substance active à l'intérieur des champignons, est décrite comme miraculeuse par les scientifiques pour guérir les patients atteints d'anxiété ou de dépression (= 300 millions de personnes touchées dans le monde).

La MDMA, elle, a déjà fait ses preuves pour traiter les syndromes post-traumatiques des vétérans de guerre.

Certains médicaments commencent même à être autorisés à la vente comme le Spravato, un spray nasal antidépresseur, fabriqué à partir d'un dérivé de la kétamine.
 

Investisseurs et startups ne veulent pas rater le train

Aux États-Unis, $17 millions viennent d'être récoltés pour ouvrir un centre de recherche qui étudiera les effets du micro-dosage d'hallucinogènes sur la créativité des personnes saines. 

En Europe, on n'est pas à la traîne. La startup anglaise Compass Pathways, soutenue par Peter Thiel, est en train de mener des essais cliniques sur 400 patients pour étudier les effets de la psilocybine à grande échelle.

En mars dernier, l'entreprise allemande ATAI Life Sciences a levé $40 millions en soutenant que la psilocybine allait soulager les 100 millions de personnes dépressives qui sont résistantes aux traitements traditionnels. 
 

Qui aura le plus de molécules ?

Il y a plus de 180 espèces de champignons hallucinogènes à étudier.

En Jamaïque, Field Trip Ventures espère découvrir un maximum de molécules inconnues qu'il pourra ensuite revendre aux groupes pharmaceutiques.

Ça peut rapporter gros : en 2016, Pfizer avait déboursé $1.5 milliards pour racheter des molécules servant à fabriquer des antibiotiques.

Pour l'instant, seuls les traitements à base de kétamine sont légaux. Mais tout ça pourrait rapidement changer... le Canada étant en pole position pour légaliser les traitements à base de MDMA.
 

FB | TWTTR | LKDIN