Les produits numériques que l'on achète nous appartiennent-ils vraiment ?

*|MC:SUBJECT|*
Aujourd'hui, la dyslexie fait des ravages au bureau, $1000 milliards ne suffisent pas à rendre le monde plus beau, mais avant ça...
microsoft-ebooks

 

Les produits numériques que l'on achète nous appartiennent-ils vraiment ?


Début avril, Microsoft annonçait la fermeture de son service d'ebooks rendant tous les livres achetés inaccessibles. 

Quelques mois plus tôt, Apple était épinglé pour avoir effacé des films de comptes d'utilisateurs pourtant achetés sur iTunes. 


 Pourquoi c'est important

Le Digital Rights Management qui encadre la propriété des biens culturels digitaux semble opaque. Et ça prouve surtout que nous ne sommes propriétaires... de rien. 


Tout partait pourtant d'une bonne intention

Le Digital Millennium Copyright Act (1998) et son équivalent européen l'EUCD (2001) visent à encadrer la propriété des biens culturels numériques (musique, films, ebooks).

A l'origine, ces lois ont été été conçues pour protéger ces biens du piratage. Avec elles, des services de téléchargement illégal comme Kazaa ou Megaupload ont fermé. 

Derrière, c'est une grosse industrie : 77 % des internautes français ont consommé au moins un bien culturel dématérialisé en 2018 pour un budget moyen de 11€/mois. 


Mais ces lois nous rendent un peu prisonniers

Deux problèmes : 

1/ La licence d'utilisation est révocable sans motif et sans remboursement obligatoire même si le bien est acheté.

2/ Les utilisateurs sont enfermés dans un écosystème qui empêche l'utilisation des biens sur d'autres appareils. Pour ses ebooks, Amazon a par exemple développé son propre format pour sa Kindle.

La Free Software Foundation dénonce notamment la culture du Defective by Design imposée par le DRM qu'elle accuse d'être liberticide.


La e-propriété est donc un mythe...?

Les cas se multiplient : en 2009, des copies de 1984 d'Orwell ont été effacées de certaines Kindle et en 2008, Walmart fermait son service de streaming musical, laissant ses utilisateurs sur le carreau.

Alors sommes-nous devenus les loueurs de nos propres produits ? Si le software a considérablement augmenté les profits des entreprises et permet d'offrir des expériences exceptionnelles at scale, il nous rend aussi dépendant du bon vouloir des vrais propriétaires. 

C'est pour cette raison que des mouvements comme le Droit de Réparer ses produits électroniques prennent de l'ampleur aux États-Unis. Car comme les Romains le stipulaient déjà, la propriété est avant tout un droit. Reste à savoir si sa définition initiale est toujours valable à l'ère numérique.
 

'Ce qui est à toi est à moi'
 

FB | TWTTR | LKDIN | MAIL
 




 

La dyslexie touche 10% des travailleurs - et aucun d'eux ne veut en parler au bureau


La dyslexie est généralement diagnostiquée à l'école. Mais ce trouble fait partie des nombreux handicaps présents au travail qui ne sont pas encore assez pris au sérieux
 

C'est un vrai fléau 

La dyslexie est un trouble de l'apprentissage du langage écrit qui se manifeste souvent par une difficulté à lire ou à ordonner les mots. 

Selon l'ONG Dyslexia and Literacy International, une personne sur dix serait dyslexique dans le monde, soit 700 millions de personnes. 
 

Au bureau, c'est difficile

Les dyslexiques peuvent avoir été victime de discrimination à l'embauche, et se sentent submergés dans les jobs qui demandent une lecture intensive. Et s'ils sont très performants, le surinvestissement compensatoire peut mener à la dépression

Mais surtout : les dyslexiques le cachent au travail car ils pensent leur trouble invisible. Pourtant, cela conduit parfois devant les tribunaux. En 2016, une employée de Starbucks a été accusée de falsifier des documents alors qu'elle était juste dyslexique. 

Aux États-Unis, parmi les 30% de travailleurs qui ont un handicap, 39% en parlent à leur manager, généralement parce que leur trouble est visible. 
 

 The takeaway

Deux choses :
1/ La dyslexie coûterait entre £200 millions et £2,5 milliards par an à l'Angleterre selon un rapport de KPMG. Et qui dit pertes dit - malheureusement - prise de conscience.  
2/ Les dyslexiques ont pourtant des capacités cognitives très puissantes. Les employeurs commencent d'ailleurs à y voir un moyen de former de meilleures équipes. 
 

FB | TWTTR | LKDIN | MAIL
 




Peut-on rendre les entreprises plus éthiques avec $1 trillion ?


Avec plus d'$1 trillion à disposition, le fonds souverain norvégien est le plus important au monde. Sa particularité ? Appliquer des règles d'éthique très précises pour choisir ses investissements.


Make the world a better place 

Le fonds refuse d'investir dans des entreprises qui ne respectent pas les droits de l'Homme, l'environnement ou lorsqu'elles ont des liens avec l'armement ou le tabac.

150 entreprises font partie de sa liste d'exclusion. Parmi elles, Airbus ou Boeing, à cause de leur département défense.

Le but : faire changer la politique de ces entreprises et les rendre plus responsables. 


Mais dans les faits, son impact est limité 

Le fonds a récemment retiré de sa liste d'exclusion 5 entreprises qui ont abandonné leurs activités "non éthiques".

Parmi elles : le Groupe Carso (appartenant à Carlos Slim) qui a revendu sa branche cigarettes à Philip Morris ou encore un groupe minier Australien qui a stoppé l'exploitation d'une mine en Indonésie critiquée pour son impact environnemental. 

Dans les deux cas, l'impact est limité car l'activité a seulement été transférée à un nouveau propriétaire. Depuis la revente, les mexicains fument 1 milliard de cigarettes de plus chaque année et la mine est maintenant exploitée par un industriel indonésien. 


 The takeaway

La finance éthique prend de l'ampleur. La green finance représente par exemple $30.7 trillions dans le monde (+34 % par rapport à 2016). Le problème, c'est qu'aucune règle ne définit encore précisément ce qui se cache derrière ce terme. Un sacré argument marketing pour les fonds. 
 

FB | TWTTR | LKDIN | MAIL
 


  NOW PLAYING... Peace and Tranquility to Earth - Roudoudou (2001) | Un morceau qui apporte (vraiment) la paix dans le monde.



VOUS AVEZ AIMÉ ?

         

FORWARDEZ-NOUS !
INVITER DES AMIS PAR EMAIL
INSCRIPTION       ARCHIVES      MANIFESTO
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|* *|END:IF|*

Modifier ses préférences ou Se désinscrire