Les taux de fécondité sont au plus bas depuis plus de 30 ans dans les pays occidentaux. Voici ce que ça implique

*|MC:SUBJECT|*
Aujourd'hui, la vraie conséquence du RGPD, les entrepreneurs qui cherchent l'énergie infinie, mais avant ça...
Baby-gif

 

Les taux de fécondité sont au plus bas depuis plus de 30 ans dans les pays occidentaux. Voici ce que ça implique


Un rapport paru la semaine dernière aux États-Unis inquiète : 3,79 millions de bébés sont nés en 2018, le chiffre plus bas depuis 32 ans. Avec 1,6 enfants par femme en moyenne en Europe, ce n'est pas mieux.


 Pourquoi c'est important

Les pays développés sont largement en dessous du seuil de renouvellement des générations : sans immigration, la population baisserait. Et si ça crée des opportunités business, de gros problèmes structurels commencent à se poser.


Qu'est-ce qui se passe ? 

Parmi les principales causes : les moyens de contraception sont plus efficaces et plus répandus (l'utilisation du stérilet est en hausse en Europe et aux US), et les femmes poursuivent plus d'études supérieures.

Conséquence : l'âge moyen du premier enfant recule de 21.8 ans en 1968 à 26.8 ans (US) et 28 ans (Europe) en 2017. Et comme on fait des enfants plus tard, on en fait moins.

Mais la baisse de la fertilité vient aussi de notre exposition aux produits chimiques, qui se traduit notamment par la baisse du nombre de spermatozoïdes chez l'homme, divisé par deux en 40 ans.


Rupture = opportunité

Le marché de la fertility tech pourrait atteindre $21 milliards aux US en 2020. Ça va des apps de tracking d'ovulation (comme Glow qui intéresserait Soft Bank) aux tests de fertilité masculine comme Dadi

Extended Fertility, qui propose de congeler les ovules afin d'avoir des enfants plus tard, a levé $15 millions début 2019. Et Google ou Facebook offrent maintenant le remboursement de ce type de services à leurs employés. 


Mais il faut s'attendre à de gros problèmes structurels

En Europe, on compte en moyenne 3 personnes en âge de travailler pour 1 retraité. D'ici 2050, ce chiffre pourrait passer en dessous de 2.

Ça menace d'abord le dynamisme économique : au Japon, malgré la politique de relance pratiquée depuis 2013, le pays connaît une des plus faibles croissances du G7 (1.25% annuel depuis 1988). Sa population active a décru de plus de 10 % et même 13% des maisons sont abandonnées.

# Mais aussi le système des retraites : en France, même si le taux de fertilité est le plus élevé d'Europe, la retraite par répartition est menacée par le déséquilibre actifs/retraités (avec un déficit de €9 milliards prévu en 2021).

Dans certains pays, les robots commencent alors à sauver la mise : au Japon et en Allemagne, le ratio nombre de robots/travailleurs augmente et comble le manque de population active.



'No more baby shower'

 

FB | TWTTR | LKDIN | MAIL
 




 

Et les gagnants de la mise en place du RGPD sont... Google et Facebook !  

Mise en application il y a un an, le RGPD visait à donner aux citoyens d'avantage de contrôle sur leurs données personnelles. Pour l'instant, l'histoire est tout autre.


Les gros ressortent vainqueurs

Google et Facebook renforcent leur position et dominent désormais 63 % du marché de la publicité en ligne au UK et 59 % aux États-Unis.

Et c'est en partie dû au RGPD : les petites structures ont dépensé beaucoup plus pour rendre conformes leurs solutions étant donné la complexité des textes. La domination du duopole pourrait atteindre 65 % du marché en 2021.


Amendes : make it rain!

Utilisent-elles des pratiques anticoncurrentielles ? En tout cas, les amendes se multiplient.

L'Europe a déjà infligé à Google €8.3 milliards d'amende. En mars dernier, le géant s'est vu infliger une pénalité d' €1.5 milliard pour ne pas avoir autorisé les sites utilisant Adsense (la régie pub de Google) à héberger d'autres moteurs de recherche que Google sur leur site.

De son côté Facebook pourrait être condamné à payer €1.6 milliard suite aux failles de Cambridge Analytica qui auraient touché 5 millions d'Européens.


 The takeway

Même si l’Europe n'a toujours pas vu un centime (Google et Facebook faisant appel de toutes les décisions), il faudra un jour payer l'addition. En attendant, Apple et Google viennent de changer leur politique de confidentialité sur Safari et sur Chrome, de quoi transformer d'un seul coup tout le secteur de l'adtech et donc désavantager... les plus petits. Ah, ce RGPD !
 

FB | TWTTR | LKDIN | MAIL

 




 

De plus en plus d'entrepreneurs commencent à construire des réacteurs de fusion nucléaire


Dans le sud de la France, des chercheurs de 35 pays construisent un réacteur de fusion nucléaire depuis 2007 sous le projet ITER, plus grand projet scientifique du monde. Un objectif : trouver une source d'énergie quasi-infinie.


1, 2, 3... soleil !

L'énergie produite au cœur du soleil résulte de la fusion nucléaire (= quand deux noyaux d'hydrogène fusionnent pour en former un plus lourd). Ce processus dégage une immense quantité d'énergie dont la source est très abondante (l'hydrogène).

Depuis les années 30, c'est une source d'énergie très convoitée par les chercheurs car elle est propre et sûre. Problème : pour réussir la fusion, il faut chauffer les atomes à 150 millions de degrés.


C'est là où les entrepreneurs entrent en scène

Les nouveaux entrepreneurs veulent dompter la fusion.

Et ils innovent : l'entreprise anglaise First Light Fusion, qui construit un réacteur dans un entrepôt près d'Oxford, envoie des balles de la taille d'une pièce sur des atomes d'hydrogène pour provoquer la fusion. Il "suffit" ensuite de répéter cette opération pour peut-être transformer la chaleur en énergie électrique.

La start-up a déjà levé $30 millions, et est au côté d'acteurs comme Commonwealth Fusion System, qui a elle reçu $50 millions de Bill Gates et du géant pétrolier italien Eni.


 The takeway

Les investissements dans ces projets privés s'accélèrent, et cette technologie pourrait être une formidable alternative aux centrales nucléaires (basées sur la fission des atomes). Mais un petit réacteur commercial coûterait $3 milliards, et la Chine vient seulement de réussir à maintenir les conditions de la fusion pendant 100 secondes. 

 

FB | TWTTR | LKDIN | MAIL
 


  NOW PLAYING... Teardrops - Neil Frances (2018) |  On commence la semaine en douceur



VOUS AVEZ AIMÉ ?

         

FORWARDEZ-NOUS !
INVITER DES AMIS PAR EMAIL
INSCRIPTION       ARCHIVES      MANIFESTO
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|* *|END:IF|*

Modifier ses préférences ou Se désinscrire