Comment Netflix attire les meilleurs talents et redéfinit le business d'Hollywood

Comment Netflix attire les meilleurs talents et redéfinit le business d'Hollywood

 

Et un de plus. En avril, NBC va lancer Peacock, son service de streaming qui diffusera notamment la série The Office.

Il viendra s'ajouter à la longue liste des Disney +, Hulu, Amazon Video, Apple TV+...

Mais dans cette bataille, Netflix a un petit secret pour attirer les meilleurs talents créatifs... que tout le monde est en train de copier.
 

 Pourquoi c'est important

Le catalogue et les têtes d'affiche sont le nerf de la guerre. En 2019, Netflix va investir $15 milliards pour renforcer son offre, lutter contre le ralentissement de sa croissance et chambouler encore plus le business d'Hollywood. 
 

Once upon a time... 

Lorsque la TV était reine, une série bankable restait longtemps à la télévision. Le business model reposait sur les revenus publicitaires et la revente des droits de rediffusion aux autres chaînes.

Les producteurs étaient rémunérés en commission sur le succès de la série et très peu avant. C'est comme ça que les créateurs de Friends ou des Simpsons (= 669 épisodes) ont touché des centaines de millions de dollars.
 

Avec le streaming, il faut des grands noms

L'argent ne vient plus des publicités ni de la revente des droits, mais des abonnements. Et pour signer les meilleurs réalisateurs, Netflix paye upfront et signe des contrats d'exclusivité avec eux.

Par exemple : Ryan Murphy (Glee, American Horror Story) a signé un deal de $300 millions avec Netflix avant même que ses séries soient produites.

Cette stratégie devient la norme. Greg Bellanti (Riverdale) va toucher $400 millions pour continuer à travailler avec Warner Bros, et Bad Robot de JJ. Abrams a signé un deal d'exclusivité de $250 millions avec WarnerMedia. 
 

Ça change complètement la création 

Les séries sont bien plus courtes et suivent exactement le goût des abonnés grâce à l'analyse des données.

Avec cette stratégie, Netflix réduit le risque d'échec commercial, mais il n'offre pas la chance d'être surpris ou de sortir de sa zone de confort.

Et grâce à ses recommandations qui déterminent 80 % du contenu visionné, il a même le pouvoir de créer les tendances et d'imposer à toute l'industrie le tempo à suivre. Exactement comme Spotify le fait dans l'industrie de la musique

FB | TWTTR | LKDIN