Si vous êtes retailer, essayez les pop-up stores. Ça cartonne !

 

 

Si vous êtes retailer, essayez les pop-up stores. Ça cartonne 

 

Depuis quelques années, les pop-up stores ont changé de dimension et deviennent un canal de ventes essentiel des retailers... mais pas que.
 

Better economics

D'abord, ils ont un meilleur rapport coûts/bénéfices que les boutiques traditionnelles. Avec une surface plus petite, un contrat de location plus flexible, et peu d'espace de stockage nécessaire, le risque d'investissement est moindre.

Ils sont aussi mieux adaptés à la Fast Fashion, des cycles ultra-courts de tendances (12 à 30 semaines) où les marques ont très peu de stocks.


C'est pas que pour les petits 

Aux Etats-Unis, les marques D2C comme Lovesac (fabricant de canapés) misent gros sur les pop-up stores qui peuvent représenter jusqu'à 10 % du CA annuel.

En France, Le Slip Français avait utilisé cette stratégie dès 2013 pour tester l'appétence du marché avant de développer son réseau de 17 boutiques physiques.

Mais la tendance ne touche pas que les petits : Amazon a testé des pop-up kiosks dans les centres commerciaux et Ikea a lancé ses Planning Studios, des magasins d'inspiration pour ses clients.
 

 The takeaway

Avec la faillite de Forever 21, l'industrie de la mode sait qu'elle est plus que jamais fragilisée par la rapidité des cycles de tendance. L'avantage des pop-up stores, c'est qu'ils constituent un actif facilement ajustable.

Ce boom est aussi une opportunité business B2B : TheStoreFront met en relation les espaces disponibles et les marques et a levé $7.4 millions en 2014.
 

FB | TWTTR | LKDIN