Avec les superordinateurs, trouver des gisements pétroliers devient tout de suite plus facile

 

  
Avec les superordinateurs, trouver des gisements pétroliers devient tout de suite plus facile

 

Depuis cet été, Total utilise Pangea III, un supercalculateur d'un nouveau genre. 

Son objectif : traiter les données issues de la prospection sismique (exploration des sols par ondes) pour réduire le temps de recherche des gisements. 
 

Meet the beast

C'est le 11ème ordinateur le plus puissant du monde. Sa puissance de calcul est équivalente à 170 000 ordinateurs portables, sa mémoire à 50 millions de films en HD.

En 2017, le superordinateur d'Exxon a lui aussi établi un record de puissance de calcul, l'équivalent de 22 400 ordinateurs dotés de 32 processeurs chacun.  


Ce que ça nous dit du futur de l'exploration 

1/ Les ressources sont de plus en plus difficiles à atteindre. La profondeur moyenne des forages était de 1 km en 1949 contre 2 km aujourd'hui. Dans le puits russe Z-44 Chayvo Well, on fore même à 12 km sous terre.

2/ L'écart des coûts de production entre les pays est énorme à cause des taxes et de la difficulté d'extraction ($44 par baril au UK vs $8 en Arabie Saoudite). La technologie permet d'écraser ces coûts en réduisant le temps d'exploration.
 

 The takeaway

La récente flambée du cours du pétrole rend les gisements les plus enfouis rentables à exploiter (comme en Alaska où la prospection a commencé depuis le feu vert de Trump).

La technologie devient capitale pour les pétroliers : en début d'année BP a investi £5 millions dans une startup qui utilise l'IA pour fournir une imagerie souterraine ultra-précise.
 

FB | TWTTR | LKDIN