Alors que les vapes inquiètent, l'industrie du tabac s'organise en coulisse


 

Alors que les vapes inquiètent, l'industrie du tabac s'organise en coulisse

 

Depuis le début du mois, une vague de décès aux États-Unis jette le doute sur les effets de la cigarette électronique. L'administration Trump réfléchit même à interdire les vapes aromatisées à la vente. 

Et pendant ce temps-là... Altria et Philip Morris sont en discussion pour fusionner et reformer un géant du tabac qui pèserait plus de $200 milliards. 
 

 Pourquoi c'est important

L'industrie du tabac a misé gros sur la cigarette électronique, un marché de $22.6 milliards. Mais elle se retrouve coincée par les récents scandales, une situation qu'elle a l'habitude de gérer...
 

'Designing a smoke free-future'

Depuis 2000, le nombre de fumeurs dans le monde a baissé de 3.5 %. Les vapoteurs, eux, sont + 400 % depuis 2012.

Le groupe Altria (fabricant des Marlboro) ne voulait pas rater le coche. Début 2019, il a investi $12.8 milliards dans Juul, une start-up qui cartonne avec ses vapes au design de clés USB.

En quelques années, elle a réussi à s'emparer de 75 % du marché américain, et même devenir un verbe : on ne dit plus smoking mais juuling. Elle a débarqué fin 2018 en France et certains buralistes annoncent avoir déjà doublé leurs ventes de vapes.
 

Mais au fond, c'est la même histoire

Dès 2016, un rapport de l'OMS sonne l'alarme. Extrêmement addictif, risque d'empoisonnement à la nicotine, irritation des voies pulmonaires... et le recul n'est pas suffisant pour étudier les développements de cancers.

Mais surtout, au lieu d'éloigner les adultes de la cigarette, la vape devient la porte d'entrée des jeunes vers la nicotine (20 % des lycéens américain seraient déjà accros).

Résultat : l'administration Trump veut interdire toutes les e-cigarettes parfumées. En Europe, la Juul a été limitée à une concentration de 20 mg de nicotine par ml, contre 59 aux US.
 

Big Tobacco n'a pas dit son dernier mot 

Face à cette interdiction, Juul essaie de cultiver son image d'entreprise responsable, notamment en mettant en place des scanners de vérification d'identité chez les buralistes.

En Europe, les géants du tabac usent du lobbying pour augmenter le niveau de concentration de nicotine autorisé dans les vaps.

Mais surtout,  ils préparent leur futur post-tabac en investissant dans... le cannabis.
 

FB | TWTTR | LKDIN